Les yeux jaunes des crocodiles

par

Résumé

Les Yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol raconte la vie de différents personnages tous liés les uns aux autres. Le roman alterne les points de vue de chacun, suivant son évolution mise en parallèle de celles des autres.

Joséphine est une femme hésitante qui n’a pas confiance en elle. Elle a toujours été dans l’ombre de sa sœur, Iris, de quatre ans son aînée. Son père est décédé quand elle était jeune et sa mère Henriette s’est toujours montrée très critique envers elle, constamment déçue par elle. Ni les études, ni la carrière de Joséphine en tant que chercheuse au CNRS, ni même son mari Antoine n’ont été reconnus à leur juste valeur par sa mère, allant jusqu’à dire en soupirant : « Comment ai-je pu mettre au monde une fille pareille ? ».

En apprenant que son mari la trompe, Joséphine prend son courage à deux mains et décide de le mettre à la porte, déjà irritée auparavant par son chômage et son manque d’efforts pour trouver un nouveau travail. Iris, en apprenant la nouvelle, se montre compatissante et promet de ne rien dire au repas de famille prévu le lendemain, en présence de leur mère, afin de ne pas faire d’histoire. En revanche, quand Joséphine annonce la nouvelle à ses deux filles, l’aînée, Hortense, se montre froide avec elle et lui annonce qu’elle était au courant bien avant Joséphine que son mari la trompait, et qu’elle comprend pourquoi.

Le lecteur découvre ensuite Marcel, le mari de la mère de Joséphine et Iris, en compagnie de Josiane, sa secrétaire et maîtresse, une femme potelée avec qui il entretient une relation plutôt torride. L’affection qu’il a envers elle est réelle, mais Josiane manipule en réalité Marcel afin de promouvoir l’avancée de Bruno Chaval dans l’entreprise, avec qui elle entretient également une relation plus qu’amicale. Marcel regrette son mariage avec Henriette, qui était à l’origine une employée qu’il a par amour aveuglément promue dans son entreprise, mais qui n’en voulait finalement qu’à son argent et qui, totalement obnubilée par son image, ne l’assume absolument pas. Il se sent finalement prisonnier d’Henriette, qu’il surnomme « Cure-Dent » : en cas de divorce, elle pourrait réclamer la moitié de sa fortune.

L’heure du repas de famille approche et, sur le trajet, Joséphine se dispute violemment avec Hortense, qui, odieuse, lui annonce qu’elle a prévenu Henriette de sa rupture. Elle se déclare attirée par l’argent et prête à ramper aux pieds de sa grand-mère pour en avoir. Cette dispute va contribuer à l’emportement de Joséphine contre sa mère lors du repas de famille. En effet, alors que sa mère lui parle d’un ton condescendant et se vante d’avoir réussi, comparé à elle, Joséphine s’énerve, lui fait comprendre qu’elle refuse que sa mère la traite ainsi. Elle dénonce le mariage d’argent qu’a fait sa mère et précise que celle-ci n’a bénéficié d’un poste haut gradé qu’en manipulant son mari et non grâce à ses capacités intellectuelles. Elle refuse son soutien financier, voulant lui prouver qu’elle est capable de se débrouiller seule. Suite à cette dispute, mère et fille ne se parleront plus. Finalement, fière mais surprise d’elle-même, Joséphine va se réfugier dans une autre pièce où elle retrouve Philippe, le mari d’Iris. Celui-ci lui propose un poste de traductrice mais lui indique qu’il souhaite qu’elle n’en parle à personne. Joséphine accepte.

Dans la deuxième partie, Joséphine fait le point sur sa situation. Elle s’en sort finalement plutôt bien mais en travaillant beaucoup. Elle se remet peu à peu de sa rupture et admet qu’Antoine soit parti avec une autre femme, prénommée Mylène. Pour la première fois depuis sa séparation, un homme a attiré son attention : « l’homme au duffle-coat », croisé plusieurs fois à la bibliothèque – ils ont d’ailleurs échangé quelques sourires. En le voyant par la suite dans un magazine, elle réalise qu’il est en fait mannequin. Elle apprend par une lettre d’Antoine qu’il se trouve au Kenya, qu’il s’est investi dans une ferme de crocodiles et espère faire fortune pour la rembourser.

Josiane, de son côté, a une altercation avec Henriette qui menace de la faire virer en influençant son mari. Inquiète que Marcel cède et que son plan n’échoue, elle va dans les bras de Bruno mais elle est surprise par Marcel et Henriette. Marcel, blessé, l’ignore totalement pendant des mois. Josiane pense alors à se reconstruire et veut reconquérir Marcel en lui offrant l’enfant qu’il n’a pu avoir avec Henriette. C’est finalement un associé de Marcel qui, le voyant le moral au plus bas suite à cette histoire, l’enferme dans la même pièce que Josiane, provoquant par là leur réconciliation. C’est également à ce moment-là que Marcel demande à sa maîtresse d’avoir un enfant avec elle, ce qu’elle accepte.

Iris, à un repas où elle se trouvait avec son mari, a menti à un de ces interlocuteurs, lui annonçant qu’elle écrivait un roman sur le XIIe siècle, voulant simplement se mettre en avant. En effet, Iris, sous ses airs de femme parfaite à la vie totalement réussie, s’ennuie. Malheureusement, son interlocuteur n’a pas oublié sa fanfaronnade et attend ses textes. Iris demande finalement à Joséphine, spécialiste du XIIe siècle, d’écrire le roman à sa place : elle promet de lui donner tout l’argent gagné, tandis qu’elle s’attribuera la gloire et s’occupera de le représenter et de le faire vendre : Iris étant une très belle femme, son image aidera à la vente du livre pense-t-elle. De plus, sentant que son mari s’éloigne d’elle, elle espère le reconquérir en regagnant son attention avec ce livre. Joséphine accepte, pour l’argent. En effet, bien qu’elle s’en sorte plutôt bien, elle doit assumer les dettes de son mari. Antoine s’est fait effectivement manipuler par son ancien patron qui ne l’a toujours pas payé et Joséphine ayant signé aveuglément un papier qu’Antoine lui avait présenté alors qu’ils étaient encore ensemble, se retrouve également responsable de cet endettement.

Cependant, Joséphine peine à garder le secret concernant l’ouvrage sur le XIIe siècle et cette combine la fait culpabiliser. Elle angoisse d’ailleurs de plus en plus à ce sujet. De plus, elle héberge ses voisins qui sont des amis à la fois de sa fille et de sa mère. Le comportement de celle-ci la choque : sans aucune dignité, prête à habiter avec le premier venu et à profiter de la société en vivant dans la débauche.

Joséphine finit par entrer en contact avec l’homme au duffle-coat, Luca. Ils se rapprochent peu à peu, parlent de plus en plus, mais, à la déception de Joséphine, cette relation ne dépasse pas le cadre amical. Par ailleurs, elle découvre que Shirley, sa meilleure amie, est en fait issue de la famille royale anglaise en la voyant à la télévision avec ses membres et en voyant des photos des princes anglais enfants avec Gary, le fils de Shirley. Blessée par cette cachotterie de la part de sa meilleure amie, elle cherche à connaître la vérité quand elle la revoit quelques jours après. Celle-ci refuse de lui dire ses secrets, voulant la protéger. Joséphine termine finalement le livre historique et le remet à Iris, mais Philippe se doute de quelque chose et découvre la combine. Lassé, il prépare peu à peu sa séparation d’avec Iris. Par ailleurs, Joséphine se révèle peu à peu jalouse du mérite attribué à sa sœur, elle se sent spoliée de son roman auquel elle s’était attachée.

Henriette finit par soupçonner l’infidélité de son mari et, en fouillant dans ses affaires, découvre une photo de lui avec une femme brune nommée Natacha. Elle se rend à son bureau, présente la photo à Josiane, lui demandant de chercher des informations concernant cette inconnue sans en parler à son mari. Voyant la photo, Josiane est troublée et, un mois après s’être montrée froide et distante avec Marcel, lui montre la photo. Celui-ci affirme qu’il s’agit d’un coup monté pour duper Henriette : il avait en effet remarqué qu’elle fouillait dans ses affaires et avait donc laissé traîner cette photo afin de la duper et d’écarter de Josiane tout soupçon. Mais Josiane, enceinte, vexée que Marcel n’ait pas le cran d’affronter sa femme, décide de disparaître de sa vie. Elle finit par revenir en découvrant qu’en réalité, si Marcel tardait à affronter sa femme, c’est parce qu’il était sur le point de signer un gros contrat lui permettant d’évincer Henriette de ses affaires.

Hortense, de son côté, stagiaire dans la boîte de Marcel, entretient une relation plus qu’amicale avec Bruno Chaval, à qui elle soutire de l’argent. Celui-ci n’attend qu’une chose : coucher avec elle, mais Hortense continue à le faire mariner, usant de ses charmes pour se jouer de lui. Par la suite, elle arrivera à entrer en contact avec Mick Jagger et laissera tomber Chaval.

Un jour, des hommes en noir attendent Shirley devant chez elle. En voyant cela, Shirley demande à Joséphine de garder Gary : ces hommes ne doivent pas savoir qu’il habite chez elle. De plus, elle décide finalement de déménager à Moustique, « l’île des milliardaires » : elle invite Joséphine à se rendre là-bas avec les filles et, au moment de rentrer, elle y prévoit d’y rester. Joséphine hébergerait Gary le temps qu’il finisse ses études. Elle finit par confier son passé à Joséphine là-bas.

Joséphine en vient finalement à poser à Luca des questions personnelles auxquelles il refuse de répondre. Ils finissent par s’embrasser mais au moment d’aller plus loin, Joséphine perd soudainement toute confiance en elle et refuse. Ils se revoient le lendemain et parlent comme si de rien n’était. Elle le revoit par la suite en tant que mannequin à un défilé de mode où elle est présente avec Hortense, mais celui-ci la regarde froidement du podium comme s’il ne la connaissait pas. Luca finit par la rappeler et lui donner rendez-vous. Il lui annonce qu’il sait que c’est elle et non sa sœur qui a écrit le livre, qu’il l’a deviné en le lisant, et lui déclare son amour. Il lui apprend que le mannequin sur le défilé était en réalité son frère jumeau, Vittorio, ce qui apaise Joséphine. Ils finissent par s’embrasser, ce baiser marquant le début de leur relation amoureuse.

Mais l’ascension de Joséphine se traduit aussi par la dégradation de la situation des autres personnages ; Iris tente de créer un scandale pour attirer l’attention sur elle en envoyant une photo d’elle avec Gary alors qu’elle était ivre à la presse, ce qui n’a pour effet que de provoquer le dégoût de son mari et de son fils. Leur rupture survient ensuite. Antoine, quant à lui, déçu de sa situation et nostalgique, meurt happé par un crocodile.

L’accouchement de Josiane se déroule sans difficulté. Marcel annonce la nouvelle à Henriette ainsi que le tour qu’il vient de lui jouer, mais accepte de lui donner une pension pour ne pas la laisser dans la misère. Henriette se retrouve seule et totalement désemparée.

Finalement, Hortense passe à la télévision et révèle que l’auteure réelle du livre n’est pas sa tante mais sa mère, redonnant à celle-ci son honneur et lui prouvant d’une certaine façon qu’elle tient à elle.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >