Les yeux jaunes des crocodiles

par

Une structure théâtrale

Le roman est construit comme une pièce de théâtre, avec tout d’abord une présentation des personnages, de leurs caractères, de leurs liens, avec une sorte d’effet « choral ». De nombreuses relations se nouent et se dénouent. On a l’impression d’une farandole, d’un enchaînement de scènes où tous les personnages apparaissent puis disparaissent, s’entremêlent puis se détachent les uns des autres.

De plus, comme souvent au théâtre – ou dans une fable –, les personnages sont quelque peu stéréotypés : on retrouve la figure de la bonne fée, sous les traits de Joséphine, qui fait tout ce qu’elle peut pour s’en sortir ; Iris est le type de la nunuche ; Henriette la méchante sorcière qui manigance en arrière-plan, etc.

La fin est un peu prévisible : pas de coup de théâtre, mais chacun reste à sa place dans la trame et voit ses actions rétribuées comme il convient selon une juste morale.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une structure théâtrale >

Dissertation à propos de Les yeux jaunes des crocodiles