Médée

par

Résumé

Devant la maison de Médée, sa nourrice est seule en scène et se lamente. Elle regrette qu’un jour Jason et ses Argonautes soient parvenus jusqu’aux terres de Médée. S’ils n’avaient pas réussi, Médée ne serait pas tombée amoureuse de Jason et ne serait pas venue avec ses enfants à Corinthe. Jason a trompé la mère de ses enfants avec Créuse – ou Glaucé –, la fille du roi Créon, et la Nourrice décrit la douleur effroyable de Médée. Elle avoue sa peur devant la tournure que les événements vont prendre. Elle ne sait pas jusqu’où peut aller la fureur de cette femme. Les enfants de Médée entrent, accompagnés de leur précepteur.

         Le Précepteur demande à quoi sont dues les lamentations de la Nourrice, qui avoue que ce sont des lamentations d’empathie. Le Précepteur rapporte la rumeur suivante : Créon aurait prévu de bannir Médée et ses enfants. La Nourrice s’effraie davantage – elle dit avoir une fois vu Médée regarder ses enfants avec rage.

         On entend Médée se lamenter depuis l’intérieur. La Nourrice dit aux enfants de rentrer, sans chercher à attirer l’attention de Médée. Les enfants s’exécutent. Médée se lamente encore, s’en prend verbalement à ses enfants. La Nourrice est outrée, elle pleure de voir le sort s’abattre ainsi sur leur maison.

         Le Chœur entre. Il a entendu les lamentations de Médée, qui redoublent. Le Chœur en appelle à la raison et affirme que Médée doit se contenir car Jason sera puni des dieux, puis il dit à la Nourrice d’aller voir sa maîtresse pour la consoler et lui faire vomir sa rage, afin que celle-ci ne se transforme pas en crime. La Nourrice rentre donc pour consoler Médée, mais à reculons, car elle sait que Médée lance à ceux qui veulent la soulager des regards assassins.

         Le Chœur se lamente sur la douleur de Médée, en qui il entend la voix de tous les malheureux du monde.

         Médée sort de chez elle, se lamente et démontre que le sort des femmes peut être encore plus terrible que celui des hommes, et ajoute que la violence des femmes peut égaler celle des hommes. Le Chœur, qui lui répond, prend encore une fois le parti de la raison, de la justice.

         Créon entre et annonce à Médée qu’elle doit partir avec ses enfants au plus vite. Elle essaie de le convaincre d’annuler l’exil mais il ne cède pas. Il accepte cependant de lui accorder un peu de temps supplémentaire pour préparer son voyage. Mais si, le lendemain, elle n’est pas partie, il la prévient qu’elle sera mise à mort.

         Le Chœur plaint Médée, qui prend aussitôt la résolution de tuer Jason et sa femme. Elle réfléchit au procédé, mais doit d’abord s’assurer qu’elle aura un endroit vers lequel fuir après son forfait.

         Le Chœur craint la fureur de Médée, tout en compatissant avec ses maux.

         Jason entre et s’ensuit une confrontation avec Médée. Il lui dit qu’elle ne devrait pas se plaindre, car l’exil est un moindre mal. Médée fait valoir tout ce qu’elle a fait pour lui. Jason la raisonne, trouve qu’elle exagère. Il lui propose de lui offrir quelques présents si elle part sans scandale. Devant le refus de Médée, Jason s’en va en prenant les dieux à témoin : il a tout essayé.

         Le Chœur se lamente sur la toute-puissance d’Aphrodite sur l’humanité. Égée entre. Il est venu à Corinthe consulter l’oracle de Phœbus, pour savoir s’il aura des enfants. Malheureusement, il n’a pas compris les obscures paroles de l’oracle. Médée lui confie également ses malheurs, auxquels Égée compatit. Elle le supplie de l’accueillir en sa maison. Il accepte d’autant plus que Médée affirme savoir comment faire pour régler son problème de descendance, à condition qu’elle y vienne par ses propres moyens. Méfiante, elle lui fait prêter serment. Il s’exécute puis sort.

         Ayant à présent une solution de repli, Médée formule le projet d’empoisonner les nouveaux mariés – elle leur enverra des cadeaux enduits de poison – et de tuer ses propres enfants. Le Chœur essaie de la persuader de fuir avant de passer à l’acte, mais elle se montre résolue. Le Chœur s’interroge sur les implications et la probabilité de son projet.

         Jason entre. Médée paraît adoucie et lui demande pardon pour la rage qu’elle a manifestée plus tôt ; Jason se satisfait de la voir ainsi en apparence revenue à la raison. Elle demande à ce que leurs enfants ne soient pas bannis. Jason ne sait pas s’il réussira à convaincre Créon. Médée lui demande de passer par le biais de sa femme, ce à quoi Jason consent. Médée veut offrir des cadeaux à Créuse, mais Jason refuse de les transmettre. Médée demande alors à ses enfants de les lui offrir. Le Chœur est accablé, il sait que la fille du roi acceptera les cadeaux.

         Le Précepteur entre et annonce gaiement que la femme de Jason a accepté les cadeaux et que les enfants peuvent rester à Corinthe. Le Précepteur ne comprend pas les pleurs de Médée. En l’absence de celui-ci elle se lance alors dans un long monologue, où elle fait part de son hésitation à tuer ses enfants, tandis qu’ils entrent dans la maison.

         Le Précepteur revient. Il annonce la mort de Créuse et du roi Créon, dont il fait le récit. Médée entre dans la maison et tue ses enfants, acte que commente en direct le Chœur accablé. Jason arrive pour récupérer ses enfants car il a peur que Médée s’en prenne à eux. Le Chœur lui apprend qu’il est trop tard. Médée sort et dit qu’elle part chez Égée. Jason est intensément choqué. Le Chœur conclut, alors que Médée disparaît sur son char : « Les dieux font, de bien des événements contraires à nos espérances, qu’ils s’accomplissent, et de bien des événements que nous attendions, qu’ils n’arrivent pas. Les solutions les plus improbables, un dieu toujours trouve pour elles un passage. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >