Médée

par

Médée

Médée est une figure majeure de la mythologie grecque. Fille d’Éétès de Colchide, elle détient des pouvoirs magiques qui font d’elle une personne admirée et crainte. Elle les utilise pour trahir son père et son frère, par amour pour Jason qui doit récupérer la Toison d’Or.

Dans la pièce écrite par Euripide, on la voit en mère de famille trahie et abandonnée par Jason qui s’apprête à épouser Créuse, fille de Créon. Or, celle-ci semble bien pâle comparée à la stature de Médée, décrite comme grande, passionnée et forte. Par amour pour Jason, et de par son tempérament naturel, elle ne craint pas de mettre ses pouvoirs de magicienne au service de l’Argonaute, afin qu’il puisse reconquérir la Toison d’Or, et de mettre à mort frère et oncle pour retarder les gens de Colchide qui les prennent en chasse pour récupérer leur bien volé. Par amour, elle devient donc une arme monstrueuse, et parallèlement elle est entièrement dévouée à l’homme qu’elle aime.

Afin de se débarrasser du roi illégitime, Pélias, qui occupe le trône de Jason, elle se fait passer pour une prêtresse d’Artémis et concocte un stratagème destiné à faire croire à ses filles qu’elle détient le secret d’une potion destinée à faire rajeunir leur vieux père. Elle utilise un bélier qu’elle met à mort en guise de démonstration puis plonge dans un chaudron auquel sa magie a ajouté des vertus de jouvence : c’est un agneau qui réapparaît. Charmées, les filles acceptent que Médée fasse de même avec Pélias ; elle utilise alors un simple chaudron, additionné de nul sortilège, ébouillantant à mort le roi traître.

Elle est une figure complexe, à la fois aimante et protectrice, à la fois traîtresse et cruelle. Chacune des facettes de sa personnalité est rattachée à de violents évènements, et il est difficile de se faire une opinion sur la nature profonde de son être. Est-elle une femme délaissée qui, poussée par le désenchantement, ne trouve son bonheur que dans la souffrance des autres, par pur et simple esprit de vengeance ? Est-elle une mère et une épouse trahie, laissée comme une paria, sans la moindre patrie à laquelle se rattacher ?

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Médée >