Moderato Cantabile

par

L’alcool

Omniprésent dans ce roman où l’on absorbe de grandes quantités de vin, l’alcool n’est pas qu’un simple élément du récit que l’on saurait ravaler au rang de détail, mais bel et bien un des moteurs de la narration. Pour comprendre parfaitement le rôle qui est le sien, il faut d’abord savoir que l’auteure a été elle-même confrontée à des problèmes d’alcoolisme toute son existence et connaît donc la thématique de l’intérieur. Aussi présente-t-elle ici l’alcool sous ses deux facettes à savoir : celle d’un désinhibiteur et celle d’un facteur d’exclusion sociale. Pourquoi boit-on autant dans Moderato Cantabile ? C’est ce qu’il s’agira de comprendre.

A- L’alcool comme désinhibiteur

Anne Desbaresdes est une femme bien située socialement, mariée au directeur d’une puissante société d’import-export et dont l’existence semble bien enracinée dans son milieu bourgeois. Cependant, cette étiquette ne lui permet pas d’exprimer pleinement sa personnalité et tue quelque peu son charme, son esprit et sa sensualité. Parce qu’elle a conscience qu’il existe en elle un vide provoqué par l’ennui et l’insatisfaction, elle s’intéresse aux petites histoires du quotidien. Ainsi avoue-t-elle : « Je crois, en effet, que je les ai souvent regardés, soit du couloir, soit de ma chambre, lorsque certains soirs je ne sais quoi faire de moi. » Elle a conscience de son état et a recours à l’alcool pour s’en libérer. Grâce à la boisson, elle se retrouve et s’engage dans de longues conversations avec Chauvin où elle exprime sa vision du monde, assez originale. L’alcool agit sur elle comme un...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’alcool >

Dissertation à propos de Moderato Cantabile