Mort à crédit

par

Le parcours de l'enfance à l'adolescence

Le roman Mort à crédit retrace la vie de Bardamu, en repartant tout au départ, à l'enfance du narrateur. Le roman, qui se découpe en deux parties, elles-mêmes précédées d'un prologue qui situe le présent du héros-narrateur, un écrivain médecin, nommé Ferdinand Bardamu, vivant dans les années 1930. Ce dernier se souvient de sa jeunesse, de son enfance, et replonge sa mémoire dans le milieu où il est né, où il a grandi. Il naquit dans une famille bourgeoise dans la capitale, Paris, et a grandi autour des années 1900 (Céline est né en 1894), comme fils unique. Il se souvient alors de sa grand-mère, plutôt maternelle, qui l'a beaucoup instruit et éduqué, sur qui il a beaucoup compté, et qui a beaucoup compté pour lui, pour sa finesse et son attention, tandis que sa mère tenait une petite boutique de dentelles. Son père était violent, et travaillait dans une compagnie d'assurances. Bardamu grandit, évolue et se souvient d'une adolescence douloureuse et difficile, essaie beaucoup de choses, échoue souvent, se trouve victime des reproches de ses parents jamais satisfaits de lui. Sa mère représentera un personnage dur, et marquant dans son évolution. Autant au niveau professionnel, que sentimental, il enchaine les échecs. Puis, il sera envoyé dans un collège anglais, un genre d'exil, puis il rencontrera un drôle de personnage Courtial des Pereires. , un inventeur scientifique, avec qui il vivra de nombreuses aventures.

Bardamu se souvient alors de ce parcours initiatique, comme semé d’embûches, qui verra s'accumuler le bien et le mal, le bon et le moins bon, de la violence, des sentiments, des émotions et des volontés d'un enfant, materné, mais aussi victime de sa famille, qui tente tant bien que mal de se défaire de cette emprise,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le parcours de l'enfance à l'adolescence >

Dissertation à propos de Mort à crédit