René

par

René

Renéest le personnage principal du roman ; aucun renseignement n’est donné surson physique ni son âge, mais l’on peut supposer qu’il a une trentaine d’annéesau regard des évènements qu’il narre.

Samère meurt en le mettant au monde, ce qui constitue pour lui un premier motif,inné, propre à colorer dès l’aube sa vie de la déception et de la vanitéqu’elle réserve. Il se considère lui-même comme un fardeau pour la société, sepensant responsable de cette mort : « J’aicoûté la vie à ma mère en venant au monde ; j’ai été tiré de son sein avec lefer. J’avais un frère que mon père bénit, parce qu’il voyait en lui son filsaîné. Pour moi, livré de bonne heure à des mains étrangères, je fus élevé loindu toit paternel. » Ainsi, c’est dès le plus jeune âge que René doitapprendre la solitude et y prend goût. Les longs moments qu’il ne partagequ’avec lui-même ne cessent qu’aux côtés de sa sœur Amélie.

Revenantchaque automne au château de son père, René aime à se perdre dans lacontemplation de la nature. La propriété paternelle est pour lui l’occasion delongues promenades qui lui inspirent des rêveries sans fin et nourrissent unefoule de questions existentielles.

Ilne cesse de comparer sa propre vie avec celle de Chactas, le sachem aveugle desNatchez, et le père Souël, enviant en quelque sorte leur calme et leurcaractère posé, leur capacité à rester « assistranquillement sous [des] chênes » et laisser « couler les jours sans les compter. » René, lui, nepeut rester serein. Il court sans cesse après un idéal de vie qu’il ne parvientjamais à atteindre, demeurant dans une constante inquiétude et une perpétuellelassitude, comme incapable de profiter simplement de l’instant présent.

L’uniquebut de son existence est sa sœur Amélie, pour laquelle il entretient unepassion quasi divine, platonique mais assurément amoureuse. Leur correspondancese fait principalement par lettres, jusqu’à ce qu’Amélie rejoigne son frère,apeurée par la tonalité morbide de ses courriers.

SiRené parvient à rester en contact avec le monde réel, c’est grâce à Amélie, quilui rappelle constamment le bonheur qu’une compagnie peut apporter plutôtqu’une constante solitude.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur René >