René

par

Un plaidoyer en faveur de la foi

René est, si l’on peut s’exprimer ainsi, l’homo christianus ; païen, il serait inconcevable. Selon Chateaubriand, en effet, la religion chrétienne a modifié l’esprit, le caractère, la morale de l’être humain. À la différence du citoyen antique, voué aux plaisirs et aux affaires du forum, peu enclin par ses croyances religieuses à « regarder au-delà de la vie », l’homme chrétien, introverti, éternel pécheur, s’est replié sur lui-même et a d’autant plus tourné ses aspirations vers un ailleurs qu’il ne pouvait trouver ici-bas de quoi satisfaire ses élans et ses passions. La vie monastique en particulier a aggravé cette mélancolie existentielle et métaphysique d’âmes solitaires se consumant elles-mêmes dans leurs insatisfactions terrestres.

La religion est présentée dans René par l’intermédiaire d’Amélie. Celle-ci incite son frère, par divers moyens de persuasion, à s’imprégner de la foi catholique. En effet, après la mort de leur père, elle se rapproche de plus en plus des ordres et fait partager cette découverte à René : « Amélie m'entretenait souvent du bonheur de la vie religieuse ; elle me disait que j'étais le seul lien qui la retînt dans le monde, et ses yeux s'attachaient sur moi avec tristesse. » Dès le début du roman, elle lui présente donc les bienfaits de la religion, tout en précisant qu’elle constitue néanmoins une barrière à la vie dans le siècle. Nous avons donc une conception de la foi à la fois conciliante, du point de vue du rapport de l’individu à soi et à...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un plaidoyer en faveur de la foi >

Dissertation à propos de René