Sa Majesté des mouches

par

Conclusion

SaMajesté des mouches soulève plusieurs problèmes : sur lemodèle démocratique et ses limites, mais aussi sur le sadisme et la méchancetéde la nature humaine. Les enfants, livrés à eux-mêmes, tentent de reproduire unsystème qu’ils connaissent déjà mais rencontrent rapidement ses limites et sesdérives. La cruauté des enfants apparaît également comme dans La Guerre desboutons de Louis Pergaud. Les enfants obéissent à leurs propres règles, pluslabiles, moins figées, moins assises, et donc moins obéies que celles desadultes, ce qui les amène à tous les excès jusqu’à ce que les adultesinterviennent et rétablissent l’ordre. D’abord contents d’être affranchis detoute contrainte, les protagonistes réalisent que ce qui ressemble de primeabord à un jeu prend des proportions trop importantes et dérape. WilliamGolding offre dans son œuvre une véritable réflexion sur l’homme, sa nature etla politique, en mettant en scène des naufragés dont la jeunesse rend les faitsd’autant plus marquants et dérangeants, de par le contraste entre l’innocencequ’on aurait pu leur supposer et la violence inouïe qui va se déployer surl’île.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Conclusion >