Sodome et Gomorrhe

par

L’infidélité/La jalousie

  1. L’infidélité

La dernière phrase de la partie précédente nous permet de voir l’un des personnages qui incarne l’infidélité dans notre corpus. En effet, il s’agit de Morel. M. de Charlus est amoureux du jeune homme. Il le soupçonne de lui être infidèle et ses doutes se confirment. En effet, Morel entretient une liaison avec le prince de Guermantes. À la découverte de cette liaison, Charlus, jaloux et possessif est fou de rage mais toujours aussi amoureux. Il finit par renouer avec Morel. Le narrateur est un autre personnage infidèle de notre corpus. De fait, alors qu’il est déjà en couple avec Albertine, il entretient d’autres relations avec Mme de Stermania, la duchesse de Guermantes et même des amies d’Albertine : « J'ose avouer que beaucoup de ses amies-je ne l'aimais pas encore-me donnèrent, sur une plage ou une autre, des instants de plaisir. » (p.179). Un peu comme pour justifier son infidélité, il présente la femme d’une manière peu avantageuse. Il la décrit comme un objet qu’on utilise pour satisfaire son désir, un jouet dont on se lasse vite et qu’il faut constamment changer : « Tel soir nous ne pouvons nous passer d'une qui, après cela, pendant un mois ou deux, ne nous troublera guère. Et puis les causes d'alternance, que ce n'est pas le lieu d'étudier ici, après les grandes fatigues charnelles, font que la femme dont l'image hante notre sénilité momentanée est une femme qu'on ne ferait presque que baiser sur le front. » (p.179). Cette description d’Albertine prouve qu’il semble ne plus rien ressentir pour elle, comment expliquer qu’il puisse être jaloux qu’elle soit éprise d’un(e) autre ?

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’infidélité/La jalousie >

Dissertation à propos de Sodome et Gomorrhe