Sur la route

par

Sal

Sal est le narrateur, il est lui aussi une sorte d'aventurier, mais dans ce récit, il suit Dean dans sa quête ; ce n'est pas lui qui cherche quoique ce soit, c'est Dean qui mène le voyage, la route à suivre.

Cependant il apprécie ces voyages, il cherche aussi l'aventure, et se fiche de ce que lui dit sa tante chez qui il vit désormais. Il écrit '' j'allais entendre l'appel d'une vie neuve, voir un horizon neuf, me fier à tout ça en pleine jeunesse '' : il profite de sa jeunesse, du temps qu'il a, pour découvrir constamment. Si sa quête n'est pas aussi précise que celle de Dean, il voyage pour l'expérience, pour la découverte, pour lutter contre l'ennui et la sédentarisation, tant qu'il est jeune, qu'il a l'énergie. « J'étais un jeune écrivain et je me sentais des ailes » traduit bien cet état d'esprit : il voyage, il découvre le monde, il écrit, rien ne semble pouvoir l'atteindre.

Il n'a peur de rien, et vit totalement au jour le jour, il part en voyage avec presque rien, et ne se pose aucune question, il formule cela, en disant que « si je devais avoir quelques ennuis, si même Dean devait ne plus vouloir de moi comme copain et me laisser tomber, comme il le ferait plus tard, crevant de faim sur un trottoir ou sur un lit d'hôpital, qu'est-ce que cela pouvait me foutre ? « On ressent ainsi qu'ils ne craignent rien, sinon d'être immobile, de s'ennuyer, il y a toujours des choses à faire, il ne pose pas de grand mot sur l'amitié qu'il a avec Dean, il vit avec lui, il part avec lui, et sait que cela peut créer des problèmes, des souffrances, qu'il peut leur arriver n'importe quoi, mais il n'en a pas peur.

Sans objectif précis, Sal insiste simplement sur le fait que globalement, la seule raison pour laquelle il est parti c'est qu'il sait que '' Quelque part sur le chemin il y aurait des filles, des visions, tout, quoi ; quelque part sur le chemin on me tendrait la perle rare. ''. Au même titre que Oscar Wilde voulait l'art pour l'art, rendre tous les objets beaux, mettre de l'art et de la création partout, Kerouac ici pose le principe qu’il veut vivre le plus de choses possibles, avoir des choses à écrire, des expériences à découvrir, à retranscrire : c'est ce qu'il appelle ces '' visions '', des sources d'inspiration grâce à la vie.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Sal >