Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

par

Anthony Walsh

Il est le père de Julia. Toujours absent, il a concentré toute son attention sur son travail, notamment après la mort de sa femme atteinte d’Alzheimer. Mais derrière cette façade d'indifférence, il éprouve un véritable amour pour sa fille qu'il considère comme sa seule vraie réussite. Pour elle, il usera de tout ce qui est à sa portée : argent, contact, aisance verbale, manipulation même… Au fur et à mesure de l'histoire, on en apprend un peu plus sur les choses qu'il a faites pour sa fille sans qu'elle le sache (comme changer les ampoules pour qu'elle puisse lire en cachette sous sa couette sans jamais qu'elle ne s'en aperçoive, écouter ses histoires le soir, etc). D’apparence d’abord antipathique, il devient un personnage réservé et attentionné, dont la modestie et la discrétion lui ont finalement porté préjudice aux yeux de sa fille.

Il se fait passer au début pour un robot revenu uniquement pour six jours pendant lesquels il doit renouer avec sa fille. Cependant, la fin laisse le lecteur un peu perplexe : alors qu'il fait croire à sa mort définitive en retournant dans sa caisse d'origine, le lecteur apprend qu'il s'en va seul et jette la télécommande censée servir à l'allumer ou à l'éteindre.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Anthony Walsh >

Dissertation à propos de Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites