Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

par

Accès complet et GRATUIT à cette fiche de lecture pour nos membres.

Marc Levy

Marc Levy est un écrivain
français né en 1961 à
Boulogne-Billancourt. Après son lycée il entre à la Croix-Rouge française où il travaille dans l’Unité de secours
urbain. En parallèle, il entreprend des études
de gestion et d’informatique
en 1982 à l’université Paris-Dauphine. Dès
l’année suivante il entame une carrière d’entrepreneur
et crée une première société d’importation de matériel informatique. En
1984 il part pour les États-Unis, où ses activités touchent aux images de
synthèse, puis de retour en France au traitement d’images à Sophia Antipolis.
Peu satisfait du tour qu’elles prennent, il fonde avec des amis, en 1990, un cabinet d’architecture de bureau. C’est
en 1998 que sa carrière prend un
tournant quand Marc Lévy écrit son premier
roman
, envoyé aux éditions Robert Laffont qui se montrent immédiatement
intéressées. L’accueil rencontré sera tel qu’il quittera vite les affaires et
s’installera à Londres pour se consacrer à l’écriture, devenant en quelques
années l’écrivain français le plus lu à
l’étranger
.

Et si c’était vrai…, son premier roman, paraît en France en 2000. Le récit, qui oscille entre
réalisme et fantastique, met en
scène Arthur, un architecte dont la vie est chamboulée quand il rencontre dans
son appartement Lauren, une femme qu’il est le seul à pouvoir apercevoir. Celle-ci
n’est pas un pur esprit puisque son corps, encore en vie, se situe dans un
hôpital de San Francisco où il est plongé dans le coma. Des liens se tissent
entre la femme fantomatique et Arthur, si bien que ce dernier, apprenant
qu’elle est menacée d’euthanasie, décide de voler le corps de Lauren à
l’hôpital avec l’aide de son meilleur ami. Dès avant la publication du roman,
Steven Spielberg en avait acheté les droits d’adaptation et le film Just Like Heaven sort sur les écrans en
2005. En 2001 paraît
es-tu ?
, à nouveau l’histoire d’un couple pour lequel rien ne
semble facile. En effet, alors que Susan et Philip se sont promis de s’aimer
pour toujours, celle-ci part pour une première mission de deux ans travailler
dans l’humanitaire au Honduras, tandis que lui reste poursuivre ses études de
graphisme à Manhattan. Ils correspondent et se voient très rarement, toujours à
l’aéroport de Newark, quelques heures à peine, Susan ne cessant de prolonger
son engagement en Amérique du Sud au-delà des deux années d’abord prévues.
Leurs liens s’effilochent, et Philip finit même par se marier avec Mary. Sa
nouvelle vie va cependant se voir chamboulée par Sara, la fille que Susan, qui
a disparu lors d’un ouragan, a confiée à Philip, lequel doit s’en occuper s’il
veut respecter les promesses échangées dans leur jeunesse. Dès lors l’auteur se
livre au portrait touchant d’une famille tentant de tirer le meilleur parti de
l’étrangeté de la situation. Mary tout particulièrement se distingue comme une
belle figure de mère d’adoption, qui doit comprendre cette enfant qui a grandi
à l’étranger et sa fascination pour les ouragans.

Marc Levy abandonne à
nouveau le réalisme en 2003 avec Sept
jours pour une éternité
, une fable moderne où Lucas et Zofia,
respectivement émissaires du diable et de Dieu sur terre, livrent un combat de
sept jours pour déterminer qui sera le maître du monde pour le millénaire à
venir. Récit épique, l’œuvre est aussi une histoire d’amour sur fond de
péripéties policières impliquant des promoteurs immobiliers véreux. La trame
reste fantastique dans La Prochaine fois, roman paru en
2004, où le couple formé par Jonathan et Clara a aussi quelque chose de mythique
puisqu’il traverse les siècles au gré de réincarnations.
Les personnages évoluent dans le milieu de la peinture : Jonathan Gardner,
expert en peinture, vit à Boston ; c’est un spécialiste de Vladimir
Radskin, un peintre russe du XIXe siècle dont les tableaux s’apprêtent
à faire l’objet d’une vente exceptionnelle où se trouve impliqué Peter Gwel,
meilleur ami de Jonathan, commissaire-priseur désireux de revenir sur le devant
de la scène à cette occasion. À Londres où tous les personnages se retrouvent, Jonathan,
venu expertiser un tableau, fait la connaissance de Clara, une jolie galeriste
qui lui rappelle quelqu’un de connu. L’écrivain publie une nouvelle comédie
romantique avec Vous revoir en 2005,
qui fonctionne comme une suite d’Et si
c’était vrai…
Quatre ans après les faits, par le plus grand des hasards,
Arthur, victime d’un accident de moto, se voit confié aux bons soins de Lauren,
en train de terminer son internat en neurochirurgie. Arthur se trouve dans le
coma une bonne partie du roman et Lauren va tâcher de sauver la vie du jeune
architecte.

En 2006 dans Mes amis mes amours c’est cette fois
une amitié qui est au centre du roman, entre Antoine, architecte londonien père
d’un petit garçon, et Mathias, libraire parisien qui vient s’installer en colocation
avec lui dans la capitale britannique pour se rapprocher de sa fille et
reconquérir son ex-femme. Les deux hommes, qui se chamaillent mais s’aiment
comme des frères, se fixent pour règle de ne pas ramener de femmes sous leur
toit et les intrigues secondaires concernent les relations d’amitié et d’amour
qui entourent leur duo. La trame de Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites est pour le moins incongrue :
Julia, peu après son mariage, reçoit un étrange héritage de son père mort peu
de temps auparavant et qui était toujours resté distant : un robot à l’effigie
de celui-ci capable de converser et disposant de toute la mémoire du père
disparu. Dès lors le père et la fille vont pouvoir rattraper, en quelque sorte,
le temps perdu. C’est à nouveau un duo amoureux qui est au centre du roman Le
Premier Jour
qui paraît en 2009.
Keira d’une part est une jeune archéologue en mission en Éthiopie qui découvre
un étrange objet près d’un volcan éteint. De l’autre côté Adrian est un
astrophysicien travaillant sur le plateau d’Atacama au Chili. Leurs destins
vont se trouver liés alors qu’ils doivent tous deux retourner en Europe, et
l’intrigue va tourner autour de l’objet découvert par Keira, qu’elle porte en
pendentif, et qui est convoité par une organisation mondiale mystérieuse. Ce
roman forme un diptyque avec La Première Nuit, roman paru en
2009. L’année suivante, retour à une atmosphère fantastique plus intimiste dans
Le
Voleur d’ombres
, qui suit le parcours d’un enfant pourvu d’un étrange
don : celui d’entendre les confidences des ombres de ceux qu’il croise, lesquelles
semblent placer bien des espoirs en lui pour les aider. Cette œuvre se voulant poétique vise à illustrer la façon la
façon dont chacun a tendance à faire taire ses rêves d’enfants et la nécessité de ne pas se trahir soi-même.

 

Les quinze romans de cet auteur populaire aux tirages exceptionnels, à
présent installé à New York, ont été traduits dans une cinquantaine de langues
et plus d’un fut le livre le plus vendu en France l’année de sa publication –
c’est le cas en 2000 et tous les ans de 2003 à 2008. Ce phénomène éditorial a fatalement valu bon nombre de critiques à l’auteur, souvent dénigré
et cité en même temps que Guillaume Musso. On a pu juger sa littérature sirupeuse et dire de ses
œuvres qu’elles sont pétries de bons
sentiments
, qu’elles conditionnent les émotions du lecteur, multipliant les
happy-ends, qu’elles sont moulées
dans une écriture minimaliste et débitent
des intrigues cousues de fil blanc,
enchaînant les situations rocambolesques.
Ses défenseurs évoquent un style visuel,
particulièrement cinématographique,
et notent l’humour de l’auteur.

Parmi les thèmes chers à Marc Levy figurent la romance bien entendu, mais encore l’amitié, l’épanouissement personnel, l’humilité
et le courage. Beaucoup de ses
récits ont une coloration fantastique et s’étendent sur plusieurs pays. Certains
évoquent plus précisément la réincarnation (La
Prochaine Fois
), l’amour maternel
(Le Voleur d’ombres) ou la résistance (Les
Enfants de la liberté
).

Les auteurs préférés de
Marc Levy sont Ernest Hemingway, Stephen King, Jean Giono et Jacques Prévert ;
deux livres l’ont particulièrement marqué : Clair de femme de Romain Gary et L’Arabe d’Antoine Audouard. Il dit aimer mélanger les genres – comédie, aventure, thriller –, et prêter
une attention particulière à bien faire passer à ses lecteurs ce que ressentent
ses personnages, à illustrer les multiples prismes à travers lesquels peut se
voir la réalité, et à montrer comment ses héros sont transformés et grandis par
les épreuves qu’ils rencontrent dans leurs vies.

 

 

« Je t’ai cherchée
partout, même ailleurs. Je t’ai trouvée, où que tu sois, je m’endors dans tes
regards. Ta chair était ma chair. De nos moitiés, nous avions inventé des
promesses ; ensemble nous étions nos demains. Je sais désormais que les
rêves les plus fous s’écrivent à l’encre du cœur. J’ai vécu là où les souvenirs
se forment à deux, à l’abri des regards, dans le secret d’une seule confidence
où tu règnes encore… Même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu
existes quelque part. »

 

Marc Levy, Vous revoir, 2005

 

« Aimer ce n’est pas
renoncer à sa liberté, c’est lui donner un sens. »

 

Marc Levy, Où es-tu ?, 2001

Inscrivez-vous pour trouver des essais sur Marc Levy >