Vers un théâtre pauvre

par

Le but du théâtre de Grotowski : une communion acteur/spectateur

On peut estimer que sur la forme, Grotowski, par ses préconisations et les idées de réforme qu’il expose, la forme de théâtre qu’il prône, a pour but la pérennisation du théâtre et sa survie de la manière la plus pure qui soit pour s’y retrouver lui, et se projeter autant en tant que spectateur qu’en tant que metteur en scène. C’est ce théâtre pauvre qui permettra au théâtre de survivre face aux autres formes d’art infiniment plus riches sur la forme. En effet, dès le début de ses réflexions et travaux datant des années 1950 et 1960, il dit que le théâtre comme divertissement est de plus en plus menacé par l’avènement du cinéma et surtout de la télévision. Dans une interview il expose que le théâtre pauvre est « un théâtre dépouillé de tout ce qui n’est pas le théâtre lui-même », c’est-à-dire purement propre au théâtre. Il parle aussi de « théâtre total », mais s’oppose directement à tout ce que l’on peut entendre par cette expression : ce n’est pas un théâtre d’abondance et d’artifices, c’est la concentration de tous les éléments et de toutes les valeurs du théâtre sans extra. Son but est donc de parvenir à retrouver l’essence du théâtre, purement et simplement.

 

L’auteur préconise une partie d’improvisation, une grande liberté pour les acteurs, et donc une relation spéciale vis-à-vis des spectateurs, qui sont souvent invités à intervenir, ressentir donc une communion. Ces spectateurs, face à un théâtre pauvre, avec si peu d’éléments à côté des acteurs, ont donc besoin de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le but du théâtre de Grotowski : une communion acteur/spectateur >

Dissertation à propos de Vers un théâtre pauvre