Winesburg, Ohio

par

Le grotesque et les hallucinations

Winesburg, Ohio s’ouvre sur leshallucinations d’un vieil auteur anonyme qui entrevoit des êtres humains à lapoursuite de « vérités ». Ils poursuivent ces « vérités » àtel point qu’ils en deviennent grotesques. Ces hallucinations introduisent lespersonnages des contes suivants – des personnages grotesques aux âmesdifformes.

         Les personnages de Winesburg, Ohio sont les personnifications de différentes formes dedifformités, de handicaps et de tares psychologiques qui sont les conséquencesde graves échecs dans leurs vies : misogynie, frigidité, ivresse,fanatisme religieux et ainsi de suite. Ces symptômes sont les manifestations deleur distance par rapport à la norme des rapports humains. Ils vont jusqu’àsubstituer aux rapports humains des rapports particuliers avec les objets àl’image d’Alice Hindman qui ne supporte pas qu’une autre personne pose la mainsur ses meubles, parce que ce sont ses meubles à elle. Ces traits compulsifssont des mécanismes de compensation, mais plus les personnages s’y accrochent,plus ils sont privés de la variété qu’apportent les rapports entre humains.

         « Au fur et àmesure que passait le temps et qu’elle devenait plus solitaire, elle commença àpratiquer les moyens communs à toutes les personnes seules. Lorsque la nuitelle montait dans sa chambre, elle s’agenouillait sur le sol pour prier, etdans ses prières elle murmurait des choses qu’elle voulait dire à son amant.Elle développa un attachement pour les objets inanimés, et parce que c’étaitles siens, elle ne pouvait tolérer que quiconque touche aux meubles dans sachambre. »

         Ces personnages sont pour la plupartles victimes de chocs qui ont laissé dans leur esprit des cicatrices profondes.C’est le cas de Wash Williams qui devient misogyne parce que sa belle-mèretente de le réconcilier de force à son épouse infidèle ; en plus de lacolère qu’il ressent du fait de la trahison dont il est victime, il perd sonrespect pour la figure féminine. Wing Biddlebaum par exemple devient un reclusen raison du malentendu qui naît de son vœu de lier affection et éducation.

         Le monde de Winesburg, Ohio donne l’apparence d’un monde éteint. Bien que laplupart des nouvelles prennent place à l’extérieur dans un décor qui devraitévoquer le pittoresque et la paix du monde rural, l’emploi du mot grotesque estapproprié. On a l’impression d’être en permanence dans les grottes obscuresauxquelles le mot grotesque faisait initialement allusion. Anderson présente lesconvenances sociales et l’opinion publique comme un fardeau qui pèse sur lapsychologie de ses personnages. Ils vivent donc étouffés par le regard que lasociété porte sur eux et ils sont continuellement déçus dans leurs quelques tentativesde renouer avec d’autres êtres humains.

         « Dans toutela ville de Winesburg, il n’y avait qu’une seule personne qui connaissaitl’histoire des évènements qui avaient rendu affreux la personne et le caractèrede Wash Williams. Il avait une fois raconté l’histoire à George Willard… »

         Les personnages d’Anderson livrentleurs peines à Willard qui revient dans un nombre important de récits. Etlorsqu’à la fin du récit Willard quitte Winesburg, c’est le lecteur qui quitteles personnages grotesques et leurs quêtes futiles de l’amour et du bonheurdans un monde étriqué et insensible.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le grotesque et les hallucinations >