2Em guerre mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2821 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monologue au théâtre
Si l’on en croit les historiens du théâtre, le monologue est la première forme écrite du théâtre occidental puisque Thespis, considéré comme le premier auteur, a mis par écrit les dithyrambes improvisés en l’honneur de Dionysos et chantés par un seul auteur. Les monologues représentent un miment où les personnages s’expriment longuement sur scène. C’est un discours quele locuteur n’adresse qu’à lui-même et dont il est l’émetteur et le récepteur. Tandis que la tirade s’inscrit dans une conversation, appelée par les répliques qui l’entourent, le monologue se développe en dehors e toute communication scénique. Le personnage est ainsi seul sur scène, ou se croit seul.
Un moment qui pourrait décourager le public Le monologue présente en effet desinconvénients qui pourraient décourager le public.
Long, ennuyeux Un monologue est généralement un moment long dans une pièce. Il fait le plus souvent plus de 50 vers pour les tragédies. Qui ne sait jamais ennuyé devant un monologue d’une centaine de vers d’une pièce à « matière » rare, où les actions et les évènements évoqués sont peu nombreux ? Certainement ceux qui ne sont jamais allé authéâtre.
Cet inconvénient dramaturgique introduit une pause dans l’action. Pour le monologue du jardinier dans Electre, il se passe pendant l’entracte, la pause la plus longue d’une pièce. Par définition, un monologue est statique. Les dramaturges essayent de tourner la difficulté en lui donnant l’apparence d’un dialogue fictif, qui peut devenir un véritable polylogue, comme dans Amphitryon, où Sosierépète en comédien le récit de la bataille qu’il doit faire à Alcmène et où il interprète plusieurs rôles.
Le monologue révèle en effet des traits dialogiques récurrents ; comme poussé par un mouvement naturel de la parole qui se veut adresse, il devient dialogue lorsque sont convoqués ou invoqués des interlocuteurs imaginaires, qu’il s’agisse d’une part de soi, mise un moment hors de soi(Sabine s’adresse à son âme, Georges Dandin s’adresse à lui-même), d’allégories (Cléopâtre invoque ses masques et Sabine la Fortune) ou d’un personnage de l’intrigue à qui on parle malgré son absence (Cléopâtre s’adresse à son ennemie Rodogune). Le reproche de statisme qui peu lui être faite s’en trouve ainsi contré.
Invraisemblable Un autre inconvénient du monologue est sa relativeinvraisemblance, véritable licence théâtral. Encore très présent dans la période baroque, apprécie par son éclat et son foisonnement, il se voit remis en question dans l’esthétique classique à cause de son caractère invraisemblable (une des caractéristiques du théâtre classique est la raréfaction des monologues par souci de respect de la règle de vraisemblance, on lui préfère alors le dialogue avec leconfident qui met face au héros un interlocuteur de chair). La scène nous offre une pratique déviante de la communication. Dans la vie, un homme qui soliloque est ridicule parce qu’il utilise un langage qui ne sert pas à la communication. Au théâtre, on peut monologuer sans passer pour un marginal.
Il est en effet peu crédible qu’un personnage se parle à lui-même et à haute voix, d’une manièreaussi construite et continue. C’est pourquoi le monologue reste autorisé s’il reste l’expression d’une passion violente (suite à un emprisonnement dans Fantasio ou dans l’Illusion comique, …) Certains monologues sont plutôt considéré comme des apartés car ils sont « une simple narration », ce contre quoi mettait en garde Corneille. Trivelin, au début de l’acte II de la Fausse suivante, affirme qu’ilse réjouit d’une telle intrigue. L’état de trouble du personnage autorise alors l’émanationde cette parole hors-norme. Cette expression sincère est aussi permise à un autre niveau : parce qu’il est seul sur scène, il peut se livrer à une parole solitaire : « ouvrir le fond de son âme et dire hardiment toutes ses plus secrètes pensées »
Dans un cas ou dans l’autre, le personnage devant...
tracking img