Art de rodin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1041 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’art de Rodin
Introduction :
Rodin était un sculpteur, professeur d’art qui est mort six ans avant la parution de ses entretiens au début du 20ème siècle. Il enseigna l’art graphique et cultural et imposa sa conception de l’art. Il traita tout au long de sa vie des questions essentielles telles que : l’art est-il une imitation de la réalité ? Dans cette œuvre, Rodin traite cette question afinde convaincre le lecteur que l’art est une imitation plus vraie que la réalité.

Pb : Quelle est, selon Rodin, la perception de l’artiste ?
I. Le caractère d’une œuvre

1) Le beau
2) Le laid

II. L’artiste et la nature

1) Le ressenti de la nature
2) La communication

III. Le bonheur de l’artiste

1) Le parallélisme du beau et du bon
2) Latranscendance : sublimation
3) Le bonheur provenant de la perception

I. Le caractère de l’œuvre

1) Ce texte est précédé d’un extrait de La Charogne de Baudelaire qui constitue la quête du beau à travers la laideur. Ce qui est beau et ce qui est laid n’a pas d’importance car tout dépend du caractère qui est l’idée de la vérité. Rodin utilise des expressions fortes telles que « la vérité intense »,« un spectacle naturel », « une vérité double » pour montrer qu’on ne peut trouver que beau en art que ce qui traduit quelque chose de beau ce qui demande à l’artiste « une intransigeante franchise ». Ce qui est laid dans la nature présente plus de caractère que ce qui est beau par principe car il ne cache rien : « la crispation d’une maladie », « une flétrissure », « le ravinement d’un masquevicieux ». Cette énumération fait appel à la laideur alors qu’elle révèle enfaite un véritable état d’âme soit une beauté intérieure et l’habilité de l’artiste à peindre « le sens caché de toute chose ».
Ainsi, comme le dit Rodin, « c’est la puissance du caractère qui fait la beauté dans l’art», « plus un être est laid dans la nature plus il est beau dans l’art.» Il y a donc une véritabledistinction entre l’idée reçue du beau et le beau selon l’artiste.

2) Dès le début, Rodin donne une définition rationnelle du laid : « est laid dans l’art ce qui est faux.» Le « ce qui » désigne une chose, un terme extrêmement générique qui peut être un objet aussi bien qu’un humain et donc permet d’exprimer le mépris vis-à-vis des hommes. S’en suit une énumération de tout ce qui ment à traverslaquelle on voit des poses de peinture, plaquées de façon artificielle sans raison, sans expression. Ce paragraphe qui n’est en fait qu’une seule phrase nous achemine vers l’absence de vérité et la laideur vient de ce mensonge. Rodin emploie des mots forts tels que « la grimace de la douleur » et « l’avachissement de la vieillesse » afin de montrer que, la laideur dans l’art, c’est ce qui a tendance àatténuer la laideur dans la vie réelle.

II. L’artiste et la nature

1) Le ressenti part du principe que tout est beau dans la nature car le vrai artiste n’a pas peur de sa vérité. Les yeux de l’artiste acceptent « intrépidement  toute vérité intérieure. » Son ressenti est particulièrement aigu, il voit au-delà des apparences : « aucun trait ne le trompe », « il déchiffre l’âme », et« perçoit toute l’humble vie morale de la bête » ce qui montre l’acuité de l’artiste dans sa perception morale et instinctive de la vie. L’artiste doit saisir l’âme de la bête, soit la vérité. Rodin évoque le ressenti de l’artiste lorsqu’il entre en communication avec la nature grâce a la formule antithétique : « Il est de même le confident de la nature insensible. »

2) La communication avec lanature est mise en évidence par l’utilisation du champ lexical de la parole : « parler », « dire », « s’entretenir », « adresser ». C’est la nature toute entière qui s’exprime : « chêne », « fleurs », et ce dans un langage très humain : « leur bienveillance pour l’humanité ». Ainsi la nature protège les hommes et l’artiste la comprend. Ici, Rodin évoque la théorie des correspondances de...
tracking img