Boule de suif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1550 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Boule de Suif
Guy de Maupassant Résumé
Nous sommes en 1870 et l’armée française est en pleine déroute. Des bruits courent que les Prussiens seraient en passe d’occuper Rouen. Maupassant décrit cette armée en débandade, ainsi que les petits groupes de francs-tireurs qui se poussent du col, font les fanfarons, et tentent de faire croire qu’à eux seuls ils vont continuer le combat…Le peuple esteffaré, habitué qu’il est aux victoires et non aux défaites. Tous les commerces sont fermés et les bourgeois attendent avec anxiété l’arrivée des premières troupes ennemies. Les Allemands arrivent et les ordres claquent dans une langue « inconnue et gutturale » Tout le monde craint la nouvelle autorité qui va s’installer. Mais l’occupation est aussi une installation et les vainqueurs vonts’installer chez les vaincus. Les « occupés » soignent les occupants avec l’espoir d’en tirer quelques avantages. Le tout sera de ne pas montrer ce type de comportement à l’extérieur ! Et puis, voilà que l’occupant exige de l’argent… Comme la région est plutôt riche, elle paye mais, comme le dit Maupassant : « … ils étaient riches d’ailleurs. Mais plus un négociant normand devient opulent et plus il souffrede tout sacrifice, de toute parcelle de sa fortune qu’il voit passer aux mains d’un autre. » Certains ont des affaires importantes au Havre et voudraient s’y rendre. Ils devraient passer, sur terre, par Dieppe, puis par bateau jusqu’au Havre. Grâce à certaines influences, une diligence est autorisée à quitter la ville et dix personnes sont inscrites pour ce voyage. Malgré la nuit noire, troishommes se reconnaissent et prétendent qu’ils ne font que conduire leur femme là-bas, alors que la réalité est autre. Ils comptent se réfugier au Havre et si l’occupant s’en approchait, ils fileraient en Angleterre. Il neige et l’on ne voit quasiment rien. Les passagers embarquent et on part enfin. Le jour se lève enfin et la neige cesse de tomber. On se regarde… Il y a là un marchand de vin et safemme, les Loiseau et, plus dignes, le couple Carré-Lamadon. Lui, il possède trois filatures, est titulaire de la Légion d’honneur et membre du Conseil général. Viennent ensuite le comte et la comtesse Hubert de Bréville. Ce petit monde occupe le fond de la voiture. Il y a encore deux bonnes sœurs, ainsi qu’un homme et une femme. L’homme est connu, il s’agit de Cornudet « la terreur des gensrespectables » dit Maupassant. Pourquoi ?... Tout simplement parce qu’il est pour la République. Et la femme ?... Elle est tout aussi connue !... Une femme de mœurs légères, mais des plus attirantes et des plus sympathiques par ailleurs. Une fois reconnue, les mots de « prostituée » et de « honte publique » vont circuler. Les femmes forment aussitôt un bloc contre elle, alors que les hommes en font autantface à Cornudet. Ils sont frères par l’argent et les biens possédés. Et la diligence n’avance pas, le voyage s’éternise et ils voient le moment où l’on ne sera jamais arrivé pour le soir… La faim et la soif s’emparent des voyageurs et ils n’arrivent pas à obtenir quoi que ce soit des paysans croisés sur la route. Ceux-ci craignent une famine et entendent conserver pour euxmêmes. Et la soif et lafaim montent… Boule de Suif se penche à plusieurs reprises et passe une main sous ses jupes, elle hésite… Cornudet offre à boire à sa gourde, mais ils refusent tous. Boule de Suif se décide enfin et sort un panier de sous ses jupes. Elle dévoile une terrine qui contient deux poulets, des pâtés, des fruits, bref des provisions pour trois jours. Elle mange et les femmes la regardent avec mépris.C’est Loiseau qui craquera le premier et acceptera une cuisse qu’il mangera avec le plus ostentatoire plaisir. Alors, Boule de Suif proposera aux bonnes sœurs qui n’hésitèrent pas à accepter. Cornudet en fit de même suivi de Madame Loiseau poussée par son mari. On débouche une des quatre bouteilles du panier. Madame Carré-Lamadon va s’évanouir et se verra offrir un peu de vin par les bonnes sœurs....
tracking img