Bulletin cab

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8330 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Bulletin CABlletin cabLe Bulletin CAB
Coordination Agrobiologique des Pays de la Loire
9 rue André Brouard BP 70510 49105 Angers Cedex 02
Tel : 02 41 18 61 40 fax : 02 41 18 61 41
cab@biopaysdelaloire.fr - www.biopaysdelaloire.fr
La revue des producteurs bio des Pays de la Loire
www.biopaysdelaloire.fr
Malgré ce tableau pessimiste,
certaines initiatives vont dans le sens
de lasécurisation de
l’approvisionnement ou de la vente :
des structures comme le groupe Loué
qui, avec l’engagement de la CAB,
ont bâti une contractualisation
régionale avec les céréaliers pour
l’approvisionnement en céréales et
protéagineux ou le groupe « Volailles
Bio Bocage » d’une dizaine d’éleveurs
qui produisent pour les Biocoop
(Ensemble pour plus de Sens), dans
une exigence de qualité.
Deséleveurs en vente directe
s’approvisionnent localement chez
des producteurs pour s’affranchir des
firmes. La participation importante
aux deux journées de formation
démontre qu’il y a nécessité
d’échanger nos savoir faire et aussi
nos préoccupations face à l’avenir. Il
faudra à terme diversifier les
méthodes de vente, s’organiser pour
la fabrication d’aliments ou pourl’approvisionnement en poussins
(certains élevages en pondeuses se
voient refuser des poulettes des
accouvoirs). Il revient à chacun de
nous, à notre niveau, de travailler au
sein de notre réseau de producteurs
pour anticiper l’avenir, interpeller nos
opérateurs et poursuivre dans le sens
d’actions collectives où l’agriculture
biologique prend tout son sens.
Pierrette Morineau
Productrice bio en VendéeMembre du CA de la CAB
La production de volailles biologiques
connaît aujourd’hui un fort
développement du fait de la demande
et aussi de la quasi suppression de
l’exigence « lien au sol » du nouveau
cahier des charges. Du coup, les
opérateurs ont pris le créneau de la
bio, pour se placer en France, face
aux menaces d’importations de
poulet bio à bas prix, ce qui se
traduit par desconversions de
bâtiment label, y compris sur des
fermes conventionnelles.
Soutenue par le réseau FNAB, cette
croissance interpelle, quand le seul
mobile est de s’imposer sur le
marché, au détriment de la qualité.
Des pressions pèsent actuellement
pour la mixité des bâtiments volailles
et pour diminuer les durées
d’élevage. Certaines firmes
s’apprêtent à mettre sur le marché
du poulet de 71jours, soit plus jeune
que le poulet label. Dans ce contexte,
que reste t-il du caractère
fondamental de l’agriculture
biologique : un produit de qualité
avec le respect d’une éthique, quand
l’éleveur n’est pas en mesure de dire
d’où proviennent les céréales et le
soja qui nourrissent ses volailles,
quand la bio est présentée, aux
nouveaux convertis, simplement
comme une variantetechnique de
méthode d’élevage ? Comment
sécuriser les consommateurs face
aux importations actuelles de
céréales, face aux risques OGM ?
Des volailles bio oui… mais sur quelles valeurs ?
Bulletin CAB n°84
Mars 2010
SOMMAIRE
Edito 1
Les nouvelles aides 2
Actualité régionale 3
Infos départementales 4
Céréales et PPAM 6
Dossiers sur les volailles 8
Portrait de producteurs 10
La mixité enbio 11
Les endectocides 12
Inf’OGM 14
La bio dans la presse 15
Annonces 16
Point sur la filière lait 7
La méthode Hérody 13
Mars 2010 n°84 - Le Bulletin CAB 2
Aides producteurs
Le Ministère de l’agriculture peine à définir les
modalités concrètes d’application pour les aides
Bio, avec le passage progressif des aides vers le
1er pilier : on sait maintenant que la nouvelle
aide Bio du 1erpilier s’appellera la SAB, pour
« Soutien à l’agriculture biologique ». Des
incertitudes fondamentales demeurent et
risquent de n’être levées qu’au moment du
montage des dossiers au 15 mai 2010.
La SAB : soutien à l’agriculture biologique
Demandeurs concernés
Toutes les personnes qui exploitent des parcelles
agricoles certifiées AB (qui ne sont plus en
conversion).
Montant des...
tracking img