Carlacour

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1230 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
GENRES LITTERAIRES
 
-         Le roman : Roman d’amour, policier …
-         Le Théâtre : Comédie, tragédie, drame, tragi-comédie
-         La poésie : Envers réguliers, en prose.
-         L’apologue : La fable, la parabole, le conte…
-         La nouvelle : Fantastique, réaliste…
-         L’essai : Philosophique, politique, scientifique, historique…
-         Lebiographique : Autobiographie, biographie, mémoires, journaux intimes.
-         L’épistolaire : Romans épistolaires, lettres fictives, authentiques. 

LES REGISTRES
 
-         Satirique : Se moquer pour faire sourire puis réfléchir
-         Ironique : S’amuse à écrire le contraire de ce qu’il pense
-         Humoristique : Traite a la légère un sujet grave ou sérieux.-         Didactique : Veut enseigner des valeurs au lecteur.
-         Polémique : Critique violente d’un homme ou d’un groupe d’homme.
-         Injonctif : Donne des conseils, des ordres.
-         Epique : Un combat entre les hommes, les forces surnaturelles
-         Tragique : Ecrasé par le poids du destin. Le lecteur doit éprouver de l’éffroi
-         Pathétique : Douleurphysique/morale. A la lecture on éprouve de l’émotion, de la compassion
-         Lyrique : le personnage exprime ses sentiments.

RAISONNEMENTS (que ds les textes argumentatifs)

-         Raisonnement inductif : Le locuteur commence par un cas particulier et il poursuit vers des généralités.
-         Raisonnement déductif : le locuteur commence par un cas général et il poursuit versun cas particulier
-         Raisonnement concessif : Le locuteur reconnaît la thèse adverse pour mieux la réfuter après.
-         Raisonnement par l’absurde : Veut volontairement être incohérent
Argument d’autorité : Référence qui veut inciter le lecteur ex : citer une personne connue.

  

Les figures de styles
 1) Les figures d'analogie
 La comparaison est une figure qui consisteà rapprocher deux éléments ayant un point commun, à l'aide d'un outil de comparaison. On distinguera donc le comparé (ce que l'on compare), le comparant (ce à quoi on le compare) et le fondement de la comparaison (le point commun du comparant et du comparé). Il (= comparé) est malin (= fondement de la comparaison) comme (= outil comparatif) un singe (= comparant).
 La métaphore est une sorte decomparaison abrégée (l'outil comparatif est le plus souvent absent, et il arrive que le comparant soit implicite), qui repose sur une relation de ressemblance, que celle-ci soit objective ou subjective. Lorsqu'elle est développée sur plusieurs phrases, on parle de métaphore filée. Sauter sur l'occasion ou prendre le taureau par les cornes sont par exemple des métaphores passées dans le langagecourant.
 L'allégorie est une représentation figurée d'idées abstraites sous la forme d'un tableau ou d'une histoire qui développe une analogie initiale. Elle permet donc de rendre concrètes des données abstraites. La colombe est par exemple l'allégorie de la paix.
 La personnification attribue à des éléments inanimés les propriétés des êtres animés. Elle permet aussi de représenter de façon plusconcrète des idées abstraites.
Exemple : trois mille six cents fois par heure, la seconde chuchote : Souviens-toi. (Baudelaire)
 La prosopopée met en scène les absents, les morts, les êtres surnaturels, voire les êtres inanimé et les fait parler ou agir.
Exemple : [La Nature] me dit : « je suis l'impassible théâtre / que ne peut remuer le pied de ses acteurs… » (Vigny)
2) Les figures desubstitution
 La périphrase est un procédé par lequel on remplace un mot simple par une expression plus complexe. L'auteur des Rougon-Macquart pour désigner Zola
 La métonymie désigne un élément par un autre élément ayant une relation  logique avec le premier. Boire un verre, pour boire le contenu de ce verre
 La synecdoque est une forme particulière de la métonymie, que sous-tend une relation...
tracking img