Commentaire de la lettre 37 de montesquieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1850 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Lettres persanes, Commentaire de la lettre 37 de Montesquieu
Introduction: Montesquieu a publié anonymement Les Lettres Persanes en 1721 à Amsterdam. Dans ce roman épistolaire, deux persans, Usbek et Rica, visitent la France de 1711 à 1720, échangent entre eux des lettres, en envoient également en Perse, pour faire part de leur étonnement sur les moeurs et coutumes françaises. La couleurorientale, le feint étonnement des persans servent de masque à Montesquieu pour formuler des critiques hardies contre la société de son temps. Les lettres des persans donnent lieu à une mordante satire des dernières années du règne de Louis 14.
Dans la lettre 37, Usbek écrit de Paris à son ami Ibben, à Smyrne, et lui présente le roi de France. A priori, la lettre semble être un éloge du roi, maisles phrases sont souvent ironiques, avec des sous-entendus et sous les compliments se cachent de violentes critiques du Roi Soleil.
C´est pourquoi nous y étudierons tout d´abord le portrait du monarque et ensuite la satire de l´absolutisme

1.Un portrait de monarque

a. Le roi, incarnation du pouvoir.

Usbek insiste d’abord, première ironie, sur le fait que Louis 14est un cas unique, qu’il s’agit d’un vieillard qui est au pouvoir depuıs bien trop longtemps: Le roi de France est vieux. En effet, en 1713, date fictive de cette lettre, Louis 14 a 75 ans et règne depuis 52 ans, durée exceptionnelle qui étonne le persan, puisqu’il ajoute: Nous n’avons point d’exemple dans nos histoires d’un monarque qui ait si longtemps régné. L´éloge apparent de la longévitéroyale n´est bien sur rien d´autre qu´une antiphrase! Usbek insistera encore sur ce caractère extraordinaire dans la suite du texte en ajoutant à la li 14: il n’est jamais arrivé qu’à lui... Il souligne l’exceptionnelle autorité du roi ( li 3 à 6), avec le superlatif à un très haut degré, avec les mots talent et génie. Mais là aussi, par l´antiphrase, c´est le despotisme de Louis 14 qui est dénoncé. Memploie 7 mots du champ lexical du pouvoir: roi, monarque, régné, se faire obéir, gouverne, gouvernement. La remarque finale: de tous les gouvernements du monde, celui des turcs ou de notre auguste sultan lui plairait le mieux, met en relief le goût immodéré de Louis 14 pour la monarchie absolue: son pouvoir ne lui suffit pas, il aurait préféré une tyrannie de type oriental. On remarque cependantqu’Usbek atténue sa critıiue en se cachant derrière le masque de l’ouï-dire: On dit que...on lui a souvent entendu dire que. Il se pose néanmoins comme un spécialiste du roi: J’ai étudié son caractère... Sa fausse naïveté de persan luı permet de relever innocemment des contradictions qu il est impossible de résoudre et il dresse un portrait qui apparaît comme une suite d’incohérences. On peutnoter que chaque fois qu’Usbek reconnaît une qualité au roi, il ajoute tout de suite, par un “et”, un “mais” ou un mot de sens équivalent marquant une opposition, une critique directe ou sous-entendue. Ainsi, il oppose de façon ironique la vie publique et la vie privée de Louis 14: un ministre qui n’a que 18 ans et une maîtresse qui en a 80. En effet, Louis 14 a eu 2 ministres très jeunes, le fils deLouvois, qui fut secrétaire d’état à 17 ans et Chamillard, à 18 ans. Quant à la maîtresse, il s’agit de Madame de Maintenon, le dernière favorite de Louis 14 (elle avait d’abord été la gouvernante des enfants qu’il avait eu avec Madame de Montespan) qu’il a épousée en secret à la fin de son règne.

b. La magnificence royale

Usbek ne cesse de dénoncer l’orgueil du roi. Louis 14a le souci constant d’être le point de mire de la cour en dépit de son goût pour la solitude: quoiqu´il fuie le tumulte des villes et qu´il se communique peu ,il n´est occupé, du matin jusqu´au soir, qu´à faire parler de lui. La locution ne...que et l’expression hyperbolique depuis le matin jusqu’au soir sous-entendent la magnificence dont le roi s’entoure. La conjonction quoique traduit les...
tracking img