Commentaire de texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2763 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE DE TEXTE

Texte 1 : Gustave FLAUBERT, « Bouvard et Pécuchet », in Œuvres complètes, tome 2, Le Seuil, « Intégrale », 1976, pp. 243-244.

Sujet: « Faire un commentaire de texte à partir duquel vous dégagerez les les conditions permettant d'accéder à la lecture des œuvres littéraires »

Note:

Observations:

Aujourd'hui, l'accès à la connaissance et à la littérature estlargement favorisé par les nouvelles technologies (internet, livres électroniques...)mais aussi par l'accès libre et gratuit (ou presque) pour tous aux livres au sein des bibliothèques. Ainsi, nous avons tous accès librement et facilement à la culture, à la connaissance et aux œuvres littéraires de tout temps pour nous aider à nous construire intellectuellement.
Il y a plus d'un siècle, dans le récit« Bouvard et Pécuchet », paru à titre posthume en 1976 dans le tome 2 des Œuvres complètes aux éditions Le Seuil, Gustave Flaubert, au travers de l'histoire de deux hommes, Bouvard et Pécuchet, nous montre la complexité des différents aspects de la lecture littéraire. En effet, ces deux personnages, apparemment amis, dotés d'une grande soif de connaissances, découvrent une multitude d'œuvreslittéraires de tous genres, partagent leurs lectures et échangent leurs opinions à ce sujet.
En nous appuyant sur cet extrait, nous tenterons donc de dégager les conditions d'accès à la lecture d'œuvres littéraires. Pour cela, dans une première partie, nous étudierons comment Bouvard et Pécuchet procèdent dans leurs découvertes des différentes œuvres de la littérature et observerons leurs réactions avantd'analyser dans une seconde partie ces pratiques de lecture en dégageant les points positifs et négatifs de celles-ci.

La vulgarisation des œuvres littéraires, de par l'accessibilité plus que facilité de nos jours n'a pas nécessairement entrainée la lecture par toutes et tous de l'ensemble des œuvres existantes. En effet, tout le monde ne peut avoir les mêmes choix de lectures, ces dernièress'orientant en fonction de nos goûts et/ou de la nature de nos motivations de lectures. Toutes les lectures ne peuvent donc correspondre et répondre à nos attentes.

Dans cet extrait, Bouvard et Pécuchet, deux amis, nous montrent diverses manières de pratiquer la lecture. Ainsi, c'est leur soif d'apprendre qui les pousse tout d'abord vers des choix de lecture un peu hasardeux, par auteur maissans nul autre but que d'apprendre comme nous le suggère Flaubert dans les passage suivants: L1 « Ils lurent d'abord Walter Scott », ici aucun but n'apparait à part celui de lire. Il en est de même aux passages L16 « Pécuchet […] entreprit de réviser Dumas. » et L37 « Bouvard pris George Sand. ».
En ce début de texte, c'est la nouveauté, le désir d'apprendre qui semble motiver leurs lecture commenous l'invoque la phrase L2 « Ce fut comme la surprise d'un monde nouveau. », où Flaubert, par l'emploie du mot « surprise » évoque la joie, le bonheur, l'excitation...notions renforcées par le mot « nouveau » qui fait référence à l'envie de découvrir de nouvelles choses. Cette soif d'apprendre, cette curiosité se caractérise par l'excitation que Flaubert nous transmet ici par une écriture assezrythmée notamment L3 à L7 « Les hommes du passé […] devinrent des êtres vivants, rois, princes, sorciers, valets, gardes-chasse, moines, bohémiens, marchands et soldats qui délibèrent, combattent, voyagent, trafiquent, mangent et boivent, chantent et prient, dans la salle d'armes des châteaux, sur le banc noir des auberges, par les rues tortueuses des villes, sous l'auvent des échoppes, dans lecloître des monastères. », où la succession de noms puis de verbes saccadés par les virgules impose un rythme rapide.
On sent que l'excitation amène la passion au passage L7 à L10 « Des paysage artistement composés […] On suit des yeux un cavalier qui galope […] la lune éclaire les lacs où glisse un bateau, le soleil fait reluire les cuirasses, la pluie tombe sur les huttes de feuillages. » :...
tracking img