Commentaire excipit de candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1850 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre XXX : L’excipit (de « Il y avait dans le voisinage… » à la fin)

Situation : Dernier chap. Candide est arrivé au bout de ses aventures et a fini par stopper sa course effrénée. Il s’est installé, avec Cunégonde (qu’il a enfin épousée !), Pangloss, la vieille, Martin et Cacambo dans une petite métairie en Turquie.
Enjeux et problématique : Le titre du chapitre (Conclusion),inhabituellement laconique par rapport aux titres de tous les autres chapitres, annonce bien le contenu et le statut particulier de ce chapitre : C’est bien une ccl, que V. propose ici : dénouement du conte, de l’histoire, bilan de l’argumentation contenue dans le récit et de ce qui a été démontré, ccl philosophique enfin, avec une formule finale en forme d’énigme. Le mot « conclusion » aurait cependant puêtre au pluriel, car on découvre une suite de ccl qui nous amène à la célèbre formule finale « il faut cultiver notre jardin ».

Plan : I- Les divers enseignements donnés par les deux rencontres finales
II- La mise à mort du culte de l’optimisme
III- Le sens à donner à la formule finale : qu’est-ce que la philosphie du jardin ?

I-
Le début du chap., trèspessimiste, se présente comme une sorte de triomphe amer de la philosophie de Martin : Cunégonde et Candide sont enfin mariés et débarrassé du frère de Cunégonde mais celle-ci est devenue laide et acariâtre, et ce mariage est vécu comme une contrainte par Candide. Cacambo s’est jeté à corps perdu dans le travail mais il n’en retire aucune satisfaction, Candide, Pangloss et Martin s’ennuient à mourir. Il nereste plus à nos héros qu’à « philosopher plus que jamais », mais cette activité est de fait présentée comme une alternative peu satisfaisante (puisqu’elle ne sert pas à aller vers qq chose mais à fuir qqchose). Ainsi vont-ils alors rencontrer deux figures de sages qui vont, chacun à leur manière, leur apporter une partie de la réponse à la question qui s’est posée tout au long de l’œuvre :Comment survivre en ce monde, et comment supporter l’idée que le Mal y est omniprésent ?
1° rencontre et 1° ébauche de ccl : celle du derviche qui « passait pour le meilleur philosophe de la Turquie ». A la parole de Pangloss et de Candide, va s’opposer celle du derviche. P. pose une question très métaphysique : pourquoi l’homme a-t-il été créé Et C. renchérit sur une q° à la fois métaphysique etthéologique : pourquoi le mal ? Ce qui sous-entend une autre question : Y a-t-il une Providence ? P. comme à son habitude, termine sur un discours surchargé d’expressions optimistes et de clichés (voir texte). La réponse du derviche contraste fortement avec cette métaphysique compliquée : en répondant par des q° brutales ( « de quoi te mêles-tu ? », « est-ce là ton affaire ? »…) puis par uneinjonction très laconique (« te taire ») et enfin en leur fermant la porte au nez, il se refuse absolument à la moindre discussion. Mais la très courte parabole des souris présente cependant une forme de réponse codée. La métaphore choisie par le derviche est claire : le sultan représente Dieu et les souris représentent les hommes (le bateau étant la vie, ou le monde). la réponse à la question posée(purement rhétorique) est évidente : non, le sultan ne se préoccupe pas du bien être des souris. Dieu ne s’interroge donc sans doute pas plus au sujet des hommes, en tous cas, pas de chaque homme. Quelle est donc la solution, quelle leçon doit-on en tirer (« Que faut-il faire ? » demande Pangloss) ? La réponse est claire : se « taire », c'est-à-dire renoncer à se poser se genre de questionsstériles, à ce bavardage sans intérêt. Nous n’avons pas toutes les réponses, nous ne pouvons pas les avoir. Autant se résigner.
2° rencontre et autre approche de la ccl : celle du vieillard turc. Cette rencontre, bcp + longue et + positive que la précédente, en est la continuité et la complète. Comme le derviche, le vieillard a renoncé à la métaphysique, il a renoncé à se poser des questions...
tracking img