Crpe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2791 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
EXPOSÉ
INTRODUCTION 1 minute ou ½ page
Alors que danser était pour moi une pratique intériorisée relevant de l’intime et n’admettant qu’avec peine un regard extérieur, il s’est agit lors de ma préparation à l’épreuve de danse du CRPE d’accepter de me montrer, d’être regardée, c'est-à-dire, d’appréhender le rôle fondamentalement social de la danse.
Cette gêne que j’avais ressentie à soutenir leregard extérieur, il m’apparut qu’elle provenait de la peur de ne pas être à la hauteur physiquement et de la peur de me dévoiler et d’être ridicule.
J’avais une vision finalement très élitiste de la danse : pour moi un danseur était avant tout un athlète. Mais je pris peu à peu conscience que l’exercice ne se résumait pas à exécuter une prouesse technique. L’enjeu n’était pas là mais résidaitplus en une capacité que j’aurais à transmettre une émotion, raconter une histoire. En conséquence, je compris qu’il me fallait avant toute chose accepter mes dispositions physiques afin, et de ne pas me décourager, et d’adopter une stratégie de recherche adaptée.
Ensuite, il me fallut ‘’sortir de moi-même ‘’, passer d’un jeu solitaire à une action lisible pour les autres. Ceci me fut rendupossible en appréhendant la danse comme fondamentalement un acte social de communication où il s’agissait d’inventer un autre langage passant par le jeu du corps en mouvement.
Libérée à la fois du postulat performatif et de cette introversion, un vrai travail, de création pu alors se mettre en place : jubilatoire.

Il n’est pas évident pour certains élèves de mettre en scène leur corps devant lesautres, timidité, complexe, poids culturel, réserves sur une activité à priori destinée aux filles. Au cours de mon expérience, j’avais pris toute la mesure de ces blocages que j’avais moi-même ressenti.
Je sentais la nécessité d’instaurer dés le départ un climat de confiance d’où toutes moqueries seraient exclues, où le jugement ne s’appuierait que sur des critères objectifs et argumentés. Parailleurs, je prenais conscience du rôle des inducteurs comme prétextes, aides à faire entrer en danse les plus réservés. Il ne s’agissait pas de se mettre à nu mais de construire, de créer, de communiquer, de convoquer et faire partager son imaginaire en se faisant créateur d’un autre type de langage passant par le corps. Au regard de l’assurance et de la satisfaction que j’en avais retirée, jedécidais de centrer mon attention sur cette problématique : comment faire entrer en danse tous les élèves y compris les plus réticents? Ou comment construire la relation danseurs/spectateurs ?

SAVOIRS 3 minutes ou 1,5 pages
À l’école, la danse ne se définit pas non plus comme un discipline où il s’agirait de s’entraîner pour réaliser une performance. Elle est bien sûr activité physique mais aussiactivité artistique et créatrice où l’élève est appelé à créer des formes corporelles, Concevoir et réaliser des actions à visées expressive, artistique, esthétique selon les programmes . Ces formes sont organisées intentionnellement dans le temps et dans l’espace car il s’agit toujours de dire quelque chose. Plaisir du corps qui se libère en une gestuelle inhabituelle, la danse se définit aussicomme un acte fondamentalement social de communication: en dansant avec les autres, j’apprends à collaborer, en dansant devant les autres, je communique des émotions, j’exprime un univers.
À l'école, les élèves sont amenés à expérimenter trois rôles sociaux, celui de danseur, de spectateur et de chorégraphe.
- l’élève danseur doit être capable de passer d’une motricité quotidienne et utilitaire àune motricité inhabituelle et symbolique, d’un mouvement bien fait à un mouvement esthétique et expressif, par la dissociation / coordination des différentes parties du corps.
En fin de cycle 3, les élèves doivent pouvoir construire une phrase dansée à partir de 5 mouvements enchaînés, exprimant un univers personnel ou collectif, avec un passage progressif vers l’abstraction.
- l’élève...
tracking img