Droit administratif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2349 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Mouvement démocratique de la rénovation malgache (M.D.R.M.) est un parti politique malgache fondé le 22 février 1946 et dissous le 10 mai 1947, qui avait pour but à court terme l'indépendance de Madagascar. Il a laissé une forte empreinte dans la mémoire malgache.
Bien organisé et pris en main par une partie de l'élite intellectuelle malgache, le fait que la plupart de ses leaders (JosephRaseta ou Joseph Ravoahangy) soient des Merinas des Hauts-Plateaux, ainsi que ses revendications politiques radicales, suscite contre lui la formation du Parti des Déshérités de Madagascar (PA.DES.M.), formé essentiellement par des Côtiers menés par Philibert Tsiranana, et favorable à un processus d'autonomie graduelle.
La sanglante insurrection du 29 mars 1947, qui cause la mort de centaines deFrançais et de Malgaches, et la féroce répression qu'elle entraîne, atteint également le M.D.R.M. En effet, certains de ses groupuscules en marge, tels que le PA.NA.MA. (Parti national malgache) sont impliqués dans l'éclatement des violences. Les autorités coloniales décident alors la dissolution du Mouvement et l'arrestation de ses dirigeants, y compris ceux qui avaient pourtant été élus députés àl'Assemblée nationale française. Ceux-ci sont condamnés à de lourdes peines et exilés de leur île.
Sans doute victime de son influence et de son radicalisme, le M.D.R.M. disparaît, laissant seuls les sociaux-démocrates du PADESM, obtenir l'indépendance de Madagascar. Une fois la République malgache proclamée le 26 juin 1960, le Président Tsiranana obtient l'amnistie des trois principaux dirigeantsdu M.D.R.M. et permet leur retour triomphal dans leur pays.
* |
La formation du mouvement[modifier]
| Cet article doit être recyclé.Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion. |
Au lendemain de la guerre de 1939-1945, la France ressent le besoin de changer sa politique coloniale. Désormais, les coloniséssont appelés à participer à la gestion des affaires intérieures de leurs propres pays. C’est dans cette optique que Madagascar a pu bénéficier de deux sièges de député à la première Constituante. Ainsi, des élections sont organisées en novembre 1945. Ravoahangy et Raseta sont élus sous l’étiquette de « restauration de l’Indépendance de Madagascar ». Au début du mois de décembre 1945, les voilà àParis prêts à accomplir la mission que les Malgaches leur confié : la revendication de l’indépendance.
Dès leur arrivée, les deux députés sollicitent l’aide de la diaspora malgache. Ainsi est né le Comité Franco-malgache, dont la mission consiste à conseiller les parlementaires malgaches dans leurs actions : les aider dans leurs contacts avec les forces politiques français (partis, syndicats,institutions gouvernementales…), s’occuper de leur secrétariat (rédaction de leurs discours…), sensibiliser le public métropolitain aux problèmes et aux situations des malgaches… D’ailleurs, une délégation malgache, formée des deux parlementaires et de quelques Malgaches établis en France, est créée afin de mieux appuyer la mission des élus. Mais cette dernière s’avère difficile. En effet, lesdémarches entreprises par les députés auprès des autorités métropolitaines échouent : les portes des Ministères leur sont fermées, la quasi-totalité des partis politiques français refusent de les aider. Ainsi, le besoin d’un appui populaire commence à se faire sentir d’autant plus que les forces politiques métropolitaines pensent que les revendications nationalistes malgaches ne sont que celles desminorités « hova », d’où l’émergence, dès la fin de l’année 1945, de l’idée de créer un parti de masse. Et c’est le 11 février 1946 que le M.D.R.M. est fondé légalement dans la capitale française (il s’agit également d’un subterfuge car la loi de 1901 sur les associations n’est pas encore promulguée à Madagascar).
De Paris à Madagascar[modifier]
L’implantation du M.D.R.M. dans la Grande Ile s’est...
tracking img