Economie politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5403 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’économie politique
Les sciences sont un ensemble de connaissances fondées sur une volonté universelle caractérisée par un objet, un domaine et une méthode déterminée sur des relations objectives véritables.Citations :Bergson «La science mesure et calcule en vue de prévoir et d’agir, elle suppose d’abord, avec constat que l’univers est régit par des lois mathématiques »Poincarré « Le fait de lascience avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres mais d’une accumulation de faits n’est pas plus qu’une science qu’un tas de pierre d’une maison »Goblot « La pensée ne revêt le caractère de la science que lorsqu’elle a une valeur universelle »Aristote divise les sciences théoriques, pratiques et politiques ; lui préfère la théorie. Pour Aristote, la théorie part de définitionsuniverselles pour amener à des conclusions également universelles. Le mode de démonstration varie selon le domaine. Pour beaucoup, l’économie n’est pas une science alors que les sciences sont parlent de lois et de règles applicables. Dans les disciplines scientifiques connues, la science possède par rupture, la nouvelle théorie supplante l’ancienne où l’intègre.
Normalement, dans les sciencesexactes, les thèses tenues pour vraies qui sont considérées plus tard comme réfutées et disparaissent de l’enseignement de la science pour figurer dans l’histoire. Les nouveaux classiques développent les recherches dans leur analyse. Il y a le courant post keynésien qui a la théorie générale. Ils aboutissent à des conclusions mais on ne sait pas où est la vérité. Cela tient au fait que l’économie estune science. Les théories économiques font référence d’appui.Schumpets « la connaissance se distingue de tout autre domaine de connaissance par la mise à jour d’élaboration de techniques spécialisées, de recherches de faits ou d’inférences ». Le chercheur d’intention scientifique se distingue de philosophe, de l’intellectuel qui ont une position critique qui se distingue du décideur politique etdu prophète qui apportent des questions. C’est le domaine de la rupture épistémologique. L’expérimentation est difficile en économie mais la recherche est possible.
Partie 1 : Objet et méthodes
Le fait social constitue un tout et le principe qui conduit à distinguer les faits économiques, juridiques, historiques, sociologiques… constitue une catégorisation, c'est-à-dire une démarche raisonnéede simplification de cette globalité appelée activité des hommes dans la société. Cette démarche de socialisation est le prémisse de l’intention scientifique. De telles analyses relèvent de l’abstraction scientifique. Aujourd’hui tout le monde s’accorde sur le fait qu’on ne peut définir l’analyse d’un objet par un objet ou une liste d’objet ; les objets strictement économiques n’existent pas. Onne peut pas extraire du réel une partie économique indépendante du régime politique , économique et social (exemple l’inflation qui concerne aussi bien les trois domaines). On peut se demander comment caractériser la spécifique de l’économie politique. C’est dans la méthode que l’on trouve ce que Bachelard a appelé la rupture économique.
Section 1 : le domaine de l’économie politique.
Lesdéfinitions du domaine économique ont évolué avec le temps, au début elle était très substantialiste où l’objet était les richesses matérielle pour aller jusqu’à des notions plus abstraites des théories de l’économie des choix de la décision, s’intéressant aux actes (exemple : distribution des revenus, l’échange). Selon Ahmed Silem, il semblerait que cette évolution tienne à l’évolution de la conceptionde la richesse, par richesse on entend ce qui a de la valeur ce qui renvoie au déterminant de la valeur, notion mitigée.
Chapitre1 : Le problème de l’économie fondamental : la valeur
L’économie s’intéresse à la valeur. Le fondement de la valeur peut être soit le temps moyen, ou temps social, consacré à l’obtention de biens matériels susceptibles d’être échangés sur un marché ; soit le besoin...
tracking img