Eloge de fable

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (653 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Bien souvent, les fables sont considérées comme des textes pour enfants, des textes qui font travailler la mémoire. On reconnait que les fables appartiennent à notre culture française, mais ellesrestent des fables où le récit est dominé par le monde animal. Mêlant la distraction à la réflexion, la fable permet au lecteur de réfléchir sur des sujets importants. Elle est un instrumentextrêmement utile et efficace dans l’argumentation et Mr. Jean de La Fontaine le démontre bien.

Dans ses Fables, La Fontaine lui-même évoque la futilité de son entreprise : « Je suis chose légère et je volea tout sujet. Je vais de fleur en fleur et d’objet en objet. », dans une lettre a Madame de la Sablière. Dans les fables de la fontaine, l’importance est accordé au récit. Le récit animé, vivant etpittoresque par la variété des temps employés se développe considérablement par rapport à la morale, qui loin de rester la seule finalité de la fable, en devient aussi un prétexte. Les fables de laFontaine sont de véritable petite scène de genre, pittoresques et circonstanciées, le plus souvent humoristique, jouant sur l’alternance irrégulière de différant mètres (octosyllabes, alexandrins..)utilisant des effets complexes de rythmes, d’assonances et de rimes; La Fontaine se sert de toutes les ressources de la forme versifiée pour dynamiser le récit, lui donner l’allure naturelle d’un conte.Dans certaines fables, des choses amènent le lecteur a réfléchir, dans l’Emile, Rousseau démontre que les Fables de la fontaine ne sont pas destinées aux enfants, qu’elles ne sont pas appropriées aleur esprit car en effet , contes et fables sont utilisés par l’auteur comme vecteur de message. Au fil des texte, de nombreux éléments signalent au lecteur que le récit n’est pas si anodin, dans lesfables de la Fontaine. Bien que l’on soit dans le monde animal le système décrit ressemble fort a celui des hommes et à celui de la cour de Louis XIV : « Le Prince, sa province, les Prévôts,...
tracking img