En quoi selon durkheim le suicide est-il egoiste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1707 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
En quoi selon Durkheim le suicide peut-il être égoïste ?
David Émile Durkheim, né en l’an 1828, est considéré comme le père de la sociologie moderne, consacra la majeure partie de sa vie à l’étude de la société, cela a travers plusieurs thématiques qui furent reprises ensuite par de nombreux sociologues, des plus éminents. Parmi ces différentes thématiques qu’il décida d’analyser, il y a lesplus célèbres, celles qui marqueront son travail aux yeux de l’histoire. D’abord, l’étude du fait social, qui marque la naissance de la sociologie comme une science à part entière, puis la division du travail, et enfin le suicide, sujet auquel il consacrera un ouvrage éponyme. Dans ce livre, il essaie d’expliquer les causes du suicide, phénomène qu’il considère comme sociologique. Et pour ce faire,il différencie plusieurs types de suicides, l’anomique, l’altruiste, le fataliste et enfin celui que je me propose d’étudier ici, le suicide égoïste, auquel il consacre un chapitre de son livre, et qu’il considère comme caractéristique de nos sociétés modernes. Mais le suicide est-il causé par l’individu ou la société ?
Ainsi, on peut se demander quels sont les différents types de suicidescollectifs.
Dans ma première partie je parlerai du suicide causé par l’individu lui-même, puis dans ma seconde partie, du suicide causé par la société.
I) Le suicide égoïste par l’individu
A travers son étude générale, Durkheim arrive a la conclusion suivante : « Le suicide varie en raison inverse du degré d’intégration des groupes sociaux dont fait partie l’individu. ». En effet, Durkheim,lors de son analyse prend conscience d’un fait, il y a des suicides dans tous les différents types de sociétés, ainsi, la cause de ce phénomène ne peut subsister que dans les points communs a tous ces différents groupes. Il en arrive donc à la conclusion suivante, la seule cause qui satisfasse le suicide selon cette contrainte est l’essence même qui caractérise les sociétés, primitives ou modernes,toutes sont des « groupes sociaux, fortement intégrés ».
Mais Durkheim estime que la cause de l’affaiblissement de l’integration des groupes sociaux provient du dégagement de l’individu à la vie sociale. C'est-à-dire qu’il faut que l’individu considère ses intérêts privés comme plus importants que ceux du groupe social dont il fait partie, plus globalement, que la personnalité de l’individuprenne le dessus sur la personnalité commune au groupe. Il en découle un changement de morale de l’individu, celui-ci se borne à une morale allant dans ses interets propres, privés. C’est dans cette optique que l’on commence à percevoir le coté égoïste de ce type de suicide, causé par un individualisme, poussé à outrance.
Mais qu’est ce qui peut expliquer un tel changement de pensée de l’individu,qui amènerait au suicide ?
Durkheim explique que la force collective étant l’un des plus solides remparts contre le suicide doit nécessairement s’affaiblir pour laisser celui-ci se développer. En effet, quand l’individu est fortement intégré a la société comme dans une société de type mécanique, c’est la société qui dispose de l’individu comme s’il était une simple chose, ainsi, celui-ci nedispose plus de lui-même et ne peut plus ainsi se donner la mort, la société lui indiquant sa ligne de vie. Mais lorsque que l’individu décide de briser se joug sociétaire, libre a lui d’agir librement, il redevient maître de lui-même, et donc libre de se donner la mort.
Mais pourtant, Durkheim pose l’hypothèse suivante, il suppose que l’homme possède un Etat dichotomique, séparé entre l’Etatphysique animal, et l’Etat social, caractéristique de l’homme civilisé. Ainsi, pour sortir du simple Etat instinctif de bête sauvage, l’homme tend à se regrouper, dans le but d’accéder à des desseins plus nobles, des buts collectifs, auxquels il céderait ses intérêts privés. Cette hypothèse de Durkheim rejoint la pensée de Tocqueville selon laquelle, l’homme à travers le regroupement, l’association...
tracking img