Evaluation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4784 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Evaluation



1. L'évaluation à l'école et en formatio

1.1 Le contrôle et la mesure des performances
1.2 L'évaluation formative
1.3 L'auto-évaluation
1.4 La professionnalité de l'évaluateur

2. L'évaluation dans la formation continue des adulte

2.1 Les fondamentaux de l'évaluation en formation2.2 Les processus de formation
2.3 Les évaluations intégrées dans le processus de formation
2.4 Evaluer les effets et les processus de formation
1. L’évaluation à l’école et en formation

[Le contrôle et la mesure des performances]

A) Les pratiques de contrôle
L'évaluation est une opération de contrôle de la norme. Un constat binaire des acquis (acquis/nonacquis). Le contrôle peut avoir deux fonctions :
1) acte ponctuel qui mesure les performances
2) diagnostic qui déclenche une remédiation

Les 2 formes de contrôle
1) Mesure de performance : Cette mesure permet un classement en rapport à une échelle et des critères de réussite. Il est utile de travailler avec une grille d'indicateurs. Les effets pervers de l'évaluationsommative peuvent être diminués par un plus grand nombre de contrôles et une moyenne. La critique la plus virulente est celle de la sélection par CSP, notamment en 1970 avec les travaux de Bourdieu et Passeron (les héritiers) et Perrenoud (l'excellence scolaire).
2) Le contrôle comme outils de diagnostic : L'évaluation remédiation permet de réorienter l'apprenant dans son parcours scolaire.Dans le champ scolaire, on met alors en évidence les prérequis pour aller plus loin. Cette notion d'escalier du simple au complexe est aujourd'hui largement décriée et la construction des savoirs dépend de variables plus complexes. Cette conception utilisée par Skinner (apprentissage programmé) n'est pas la meilleure (cf. méthodes).Reste que ces stratégies de remédiation permettent de seperfectionner sur des connaissances spécifiques (micro-expertise). Les évaluations institutionnelles permettent-elles aussi d'envisager des stratégies de remédiation.

Les outils de contrôle
Le bulletin scolaire prend une légitimité institutionnelle et sert à la communication parent-élève-enseignant et de bilan intermédiaire et de prise de décision pour l'orientation.
Les QCM peuvent être des outilspermettant de situer rapidement les difficultés (appelés à tord d'auto-évaluation) pour mettre ne placent la formation correspondante.

B) Les biais de l'acte évaluatif
Les recherches docimologiques ont montré que l'idée d'une mesure fiable de la « note vraie » ne peut être objective.

3 grandes questions :

1) Fidélité de la note : On cherche à obtenir une même note (ou proche) dansdes conditions identiques. C'est-à-dire que les résultats sont reproductibles (même avec des correcteurs différents)
2) Validité de la note :
a. validité du contenu : le domaine est-il en phase avec celui étudié ?
b. validité de construction : mesure t'on réellement ce qui soit être évalué ?
c. autres biais :
- effet d'ordre(première copie = tempérance)
- effet de contraste (copie représentative sert d'ancrage positif ou négatif)
- effet de halo (aspect du candidat et de sa copie)
- effet de contamination (influence du dossier scolaire antérieur)
- variable-choc (idée géniale, perle orthographique)
3) Sensibilité de la note :non-représentativité par la couverture d'éléments singuliers, sous ou surestimation

La courbe de Gauss
Cette tendance centrale de répartition des notes vers la moyenne est toujours marquée

les arrangements évaluatifs
Des transactions entre évalués et le maître peuvent entrer en jeu (non prise en compte d'un test, remédiation, ..) dans un but de correspondance entre l'évaluation et les compétences....
tracking img