Humanisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3723 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La rédaction.

Chapitre 2

Humanisme et Renaissance

INTRODUCTION : Au sens précis du terme, la Renaissance est un phénomène italien dont l’apogée se situe entre 1500 et 1530 et qui s’est répandu en Europe. Les gens de l’époque ont eu le sentiment de force, de création, de jeunesse, ce sentiment est une force à lui seul ; il justifie l’étiquette « Renaissance ».
Au départ, le terme deRenaissance avait été conçu par Pétrarque (1304-1374). Il s’agissait pour lui d’un renouveau, d’une nouvelle jeunesse de l’Occident chrétien grâce à la redécouverte des connaissances de l’Antiquité. Jusqu’à lui tous les penseurs chrétiens avaient vu dans l’histoire un développement continu, commençant avec la création du monde et aboutissant à l’époque où l’on vivait. Pétrarque, lui, considérait qu’ily a avait une période qui fut un âge sombre, de déclin et d’obscurantisme. Cette période était celle au cours de laquelle la nom de Christ commença à être célébré à Rome et à être admiré par les empereurs romains.
Mais Plutarque s’intéresse à la régénération des lettres grâce au travail de la grammaire latine et grecque qui permet le retour aux textes antiques dans leur pureté. Il ne s’intéressepas aux ruines de Rome, à l’art. Pas de réaction esthétique, sa définition de la Renaissance était donc étroite.
Ce ne fut pas celle de ses successeurs. Vers 1500, le concept de grand renouveau comprenait alors presque tous les domaines de l’activité culturelle en intégrant les arts visuels.
C’est seulement vers 1550 que Vasari (1511-1574) étudia ensemble l’architecture, la sculpture et lapeinture. Il présenta la période qu’il vivait comme un phénomène total, de renaissance de l’art ; il lança le terme de « Rinascita » pour désigner ce phénomène. Désormais, la Renaissance désigne la renaissance de l’art.
Du 14ème au 16ème siècle, les hommes de la Renaissance ont eu la conviction de vivre un âge nouveau. Cette conviction d’une résurrection des lettres et des arts grâce à l’Antiquitéretrouvée a été féconde, elle a soutenu le dynamisme et la volonté de renouveau des hommes de l’époque. Mais, pour l’historien du 20ème siècle, ce terme ne rend pas compte de la réalité du 16ème siècle. Ce retour à l’Antiquité n’a été pour rien dans la découverte de l’imprimerie et la diffusion des lettres de change ; elle n’a été pour rien dans les progrès des connaissances et des techniques.Alors, il fallait trouver un mot pour désigner cette grande évolution vers plus de connaissances, plus de maîtrise de la nature, plus d’amour de la Beauté. Finalement, on a pas trouvé de terme adéquate. On a gardé le mot Renaissance mais à condition de lui attribuer un sens élargi. C’est celui que définit Jean Delumeau : « la Renaissance, c’est la promotion de l’Occident à l’époque où la civilisationde l’Europe a distancé les civilisation parallèle de façon décisive ».
Cette avance de l’Occident n’a jamais été rattrapée. Elle a pourtant eu lieu à un moment où l’Europe n’était pas privilégiée sur le plan démographique. Au 16ème siècle, en Chine, en Inde, dans le monde musulman, la population augmentait de 40% à 100% de plus qu’en Europe. Pourtant c’est l’Europe qui réalise la percée maritime,commerciale et politique du 16ème siècle. Les civilisations chinoise, indienne et musulmane n’utilisent que le moteur humain tandis qu’au même moment chaque Européen dispose en plus de sa force musculaire d’une multiplication d’esclaves mécaniques (moulin, martinet, marteau, forgeron). Grâce à ces moteurs, le poids de l’Europe est en réalité beaucoup plus lourd que ne le font apparaître les seulschiffres de population. A la fin du 15ème siècle, la population mondiale est de 450 millions d’habitants ; la chrétienté européenne compte pour 15% du total, soit 67,5 millions, mais elle dispose en fait d’une force esclave économique de 600 millions d’unités. Grâce à cet apport, l’Europe est dynamique particulièrement au 16ème siècle. Mais l’Europe dynamique est d’abord l’Europe des villes ;...
tracking img