Jean de la fontaine - le chene et le roseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1343 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean de la Fontaine - Le Ch�ne et le Roseau

1.intro :

La Fontaine, au XVII�me, utilise ses fables moralis�es pour d�noncer abus et �tats de la soci�t�. Son appartenance au milieu de la nature lui fournit de nombreuses id�es - il a �t� ma�tre de Eaux et For�ts -, et lui permet, avec une facilit� �tonnante de personnifier animaux et v�g�taux en vue de les rendre actuels � la soci�t�, derefl�ter les id�es.

De plus, son exp�rience du protectorat de Fouquet, arr�t� de force par Louis XIV, lui conf�re les possibilit�s d'�noncer et de traiter inlassablement de la "Loi du plus fort", d'o� il puise la plus grande partie de ses id�es.

Enfin, sa morale constitue un des piliers de ses fables, m�me quand celle-ci n'est explicit�e.

Dans sa fable "Le Ch�ne et le Roseau", il utiliseun peu tous les �l�ments de son habitude: La loi g�n�rale naturelle, la morale, .

Le caract�re tr�s aust�re de cette fable vient du fait qu'elle ait �t� �crite dans le 1er livre, sa p�riode de fable �gay�e n'intervenant qu'apr�s.

3. Transition :

La Fontaine nous entretient ici d'une fable � morale implicite.

Le Ch�ne et le Roseau font office de 2 personnages oppos�s, le fort faceau faible, la loi de la nature, .

Mais ici, La Fontaine renverse les r�les et bafoue son dogme au profit d'une fin peu commune � ses vers.

Le probl�me est alors de savoir "Comment La Fontaine r�ussit-il � controverser sa morale habituelle, au profit d'une morale toute oppos�e ?"

Pour cela, on pourra utiliser 3 axes d'�tude, qui sont: - La parole du ch�ne,

- La parole du roseau,- La morale.

4. Commentaire :

Axe 1 : La parole du Ch�ne :

D�s le vers 2, le ch�ne engage et commence le dialogue. Il y a alors d�j� notion de domination, d�s le d�but, par l'initiative de la parole.

Il y a dors et d�j� fiert�, avec la quantit�, le registre soutenu et les effets de syntaxes.

Le ch�ne a aussi le pouvoir, avec les hyperboles et l'usage de la 1�re personne.

Auvers 6, on remarque une c�sure � l'h�mistiche m�taphoro-hyperbolique; ces exag�rations servent � donner de l'�vidence � la pr�dominance du ch�ne. Il est alors, d�s ce moment, �l�ment de force et de protection.

Il y a d�s lors installation d'un champ lexical de la protection et de la force, avec les expressions " non content d'arr�ter les rayons du soleil ", " brave l'effort de la temp�te ", "tout me semble z�phyr ", " je couvre ", " je vous d�fendrais ", .

Cela peut faire figure d'arrogance.

De plus, le ch�ne en arrive � d�noncer la nature pour le fait que le roseau, diff�rent de lui, est constamment " bouscul� ": - vers 2: accuser la nature,

- vers 11: si vous naissiez,

- vers 15: mais vous naissiez,

- vers 17: nature bien injuste.

La nature est donc iciaccus�e, mais le ch�ne, entre autre, en d�non�ant la nature, d�nonce de m�me le destin, pourtant in�luctable.

On voit aussi la domination du ch�ne par les pronoms personnels ou possessifs " je ", " me ", et " mon ", au nombre de 4.

Le ch�ne �num�re de plus les difficult�s du roseau, et cherche � comparer, au vers 10, avec une c�sure � l'h�mistiche antith�tique qui marque bien l'opposition.Pour finir, le ch�ne a de la compassion envers le roseau. Cette compassion peut-�tre jug�e d'hypocrite ou de moqueuse. Au vers 14, il propose ses services au roseau, mais ne peut rien faire. Il fait un peu son propre �loge.

Le dialogue du ch�ne montre donc en lui un d�sir de domination, d'�crasement, avec tout de m�me de la compassion pour le roseau, qui lui r�pondra alors.

Axe 2 : Laparole du roseau :

A partir du vers 18 jusqu'au vers 24, c'est au tour du roseau de parler, de r�pondre aux phrases du ch�ne.

On remarquera que son intervention est bien moins longue et structur�e que celle de son interlocuteur, mais toute aussi importante.

Le roseau n'est pas �gocentrique comme le ch�ne, et n'utilise pas de formes hyperboliques pouss�es.

On pourra alors parler de...
tracking img