La gestion previsionnelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 87 (21648 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA GESTION PREVISIONNELLE

DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC)

J’ouvrirai ce chapitre par une étude de l’aspect fonctionnel de la GPEC qui jouera également le rôle de présentation générale. Pour cela, je tenterai de répondre à la question « pourquoi mettre en œuvre une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ? » (section 1).

Dans un second temps, je définirai les termes« gestion » et « prévisionnelle » pour situer le concept d’un point de vue sémantique (section 2).

J’évoquerai ensuite les modèles successifs de gestion prévisionnelle des ressources humaines en réponse aux facteurs de contingence dominants (section 3).

Dans une quatrième section, je me focaliserai sur le modèle actuellement le plus élaboré de la gestion prévisionnelle, soit : la gestionprévisionnelle et préventive des emplois et des compétences (GPPEC). Après l’avoir défini et expliqué, je présenterai les différents modes d’entrée possibles, en fonction des objectifs poursuivis par l’entreprise.

Je m’intéresserai également à la contribution de la notion de compétence, à la gestion prévisionnelle de l’emploi (section 5), avant d’analyser les interactions entre la motivation et lacompétence (section 6).

Dans l’avant-dernière section, j’insisterai sur les conditions nécessaires à la réussite d’une démarche de GPEC (section 7).

Enfin, je clôturerai ce chapitre avec les adaptations organisationnelles nécessaires à la mise en œuvre d’une GPEC (section 8).

Section 1 - Pourquoi mettre en œuvre une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ?

La préoccupationcentrale de toute démarche de gestion prévisionnelle est le besoin d’anticiper. L’anticipation ne doit toutefois pas se confondre avec la prédiction. Comme le souligne Guy LE BOTERF, « l’anticipation avance des hypothèses d’évolution et réunit les conditions pour les transformer en objectifs probables. La réflexion prospective sur les métiers et les compétences n’est ni prophétie, ni futurologie.On ne peut prédire avec certitude ce qui adviendra » (LE BOTERF, 2001). De ce fait, les outils développés ne sont que des constructions progressives nécessitant une actualisation régulière.

Pour l’entreprise, cette nécessité d’envisager l’avenir provient de la perte de ses repères traditionnels du fait de l’accélération des mutations économiques, technologiques, organisationnelles et sociales.Ces mutations peuvent être tant externes (marchés fortement concurrentiels, innovation importante, nouvelles aspirations des salariés etc.), qu’internes (recherche d’une meilleure compétitivité, changement d’organisation etc.). Elles s’accompagnent d’une obsolescence rapide des emplois et des qualifications.

A l’heure actuelle, l’on constate que la majorité des entreprises a acquis une bonnemaîtrise de la gestion quantitative de leurs emplois, notamment sur le court terme. Mais cette gestion quantitative se limitant fréquemment à une stricte application de calculs budgétaires, anticipe peu les politiques économiques à moyen terme.

Lorsque cette gestion quantitative s’accompagne de mesures systématiques de recrutements ou de réduction des effectifs, il en résulte soit une gestion nonoptimisée de la main-d’œuvre, soit une perte de savoir-faire, les deux pouvant mener à la démobilisation du personnel. Il apparaît alors qu’une gestion exclusivement quantitative de l’emploi peut se révéler néfaste à une bonne gestion des qualifications et des compétences.

En outre, dans ce contexte où les emplois et les compétences se renouvellent aussi rapidement que les produits et lestechnologies, l’homme apparaît comme le seul élément stable de l’organisation. En effet, malgré les « dégraissages massifs » de main-d’œuvre, depuis une trentaine d’années et l’importance du nombre de contrats de travail précaires dans les entreprises, il semble évident que la plupart des salariés d’aujourd’hui constitueront les effectifs d’un avenir à moyen terme pour l’entreprise. C’est...
tracking img