Rousseau et despotisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (991 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Publié en 1755, le livre > a été écrit par Rousseau. Dans ce discours Rousseau tente de comprendre par quels moyens l'Homme est t-il devenu mauvais en se civilisant alors qu'à l'état de nature ilétait naturellement bon. Pour répondre à cette question Rousseau c'est imaginé un état de nature. Dans cet état de nature les Hommes auraient commencé à s'unir et constituer ainsi des sociétés. Et c'esten formant des sociétés que des gouvernement ont été mis en place, créant de ce fait des inégalités entre les Hommes puisque ces gouvernement hiérarchiseraient les rapports de droits et de statutsentre chaque homme. D'ailleurs, dans le passage que nous allons étudier, l'auteur du discours a analysé l'un des derniers types de gouvernements qui mènerait vers l'extrême inégalité, le Despotisme (=Pouvoir oppressif d'un souverain à l'autorité arbitraire et absolue.) Le problème que pose Rousseau dans l'extrait est de savoir comment un tel gouvernement représente le dernier niveau du progrès del'inégalité ? Quelles relations entretient le despote avec ses sujets ? Comment cet état a t-il pu être instaurer et par quels moyens nous pouvons le renverser ? Sachant par ailleurs que le despotismese base sur les fondements de la loi du plus fort. Nous allons donc voir dans une première partie pourquoi le despotisme est considéré comme le derniers degrés de corruption du gouvernement. Puis dansune seconde partie nous verrons quels sont les fondements du despotisme. Et enfin nous expliquerons dans une dernière partie pourquoi ce gouvernement peut-être légitimement renversé.

Ledespotisme correspond au derniers degrés de l'inégalité puisqu'il renvoie à un rapport de maitres à esclaves entre les individus ( Les 2 précédents degrés sont les rapports entre riches/ pauvres etpuissants/faibles). C'est à dire que l'inégalité entre l'homme et le souverain est tellement forte qu'elle touche la notion de liberté lorsque l'esclave ne se gouverne plus lui même mais qu'il obéit à la...
tracking img