Simmel argent

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2560 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
© largentPrepas.com

PHILOSPHIE DE L'ARGENT – Georg Simmel
Partie analytique, 3éme chapitre, sections 1 et 2 (Traduction de Serge Katz)

 Section 1 : La pulsion est un phénomène physiologique ou les énergies sont comprimées. Sa satisfaction n'intervient pas seulement à travers l'acte mais à travers le résultat de l'acte provoqué. Certaines pulsions nous font agir sans but particulier parpure causalité alors que d'autres ne sont motivées que par un résultat précis. Ainsi, il y a querelle, dans nos actions, entre causalité et théologie. Dans le processus théologique, le résultat de nos actes déclenchent en nous un sentiment moteur qui n'est pas considéré comme la fin ultime de notre action alors même qu'elle nous modifie intérieurement. Ce raisonnement montre l'incohérence à penserun Dieu : Pour Dieu, il ne saurait y avoir de fin, car il n'y a pas de moyen. Le moyen nous fait prendre conscience des résistances de notre être tout en générant l'énergie qui nous pousse à l'acte. L'action théologique peut être modélisée par une chaîne théologique. Il y a progression vers le but si et seulement si les liaisons causales inverses entre les différents éléments de la chaîne sontconnues. Le but suscite l'envie de rechercher les relations de cause à effet. Nous pouvons atteindre d'autant plus de buts que nous avons de moyens et d'intermédiaires. L'homme primitif, peu évolué, atteindra une finalité avec à peine plus d'un intermédiaire physique. S'il ne parvient pas à ses fins, il invoquera une puissance divine. Soit il renoncera ou ne formera pas de désir. Le développement descivilisations conduit à l'accroissement des séries théologiques. C'est ainsi qu'intervient la notion d'outil. Il s'agit de l'introduction d'une instance entre le sujet et l'objet. Moyen de puissance, il nous pousse à ajouter un maillon de plus à la chaîne théologique. Les institutions sociales sont des exemples d'outils. Elles permettent à un individu d'accéder à des fins que ses capacitésindividuelles ne lui permettent pas. C'est là que l'argent trouve sa place. L'argent permet de convertir en une unité monétaire la valeur d'un bien. Il s'agit d'un outil. C'est le moyen par excellence. Il accroît la puissance potentielle de l'homme. Le moyen s'épuise dans la réalisation du but alors que l'outil se perpétue au delà de son usage particulier. Un outil a d'autant plus de sens et de valeurqu'il a de possibilités et d'étendues. C'est encore le cas de l'argent. Il n'a de rapport avec aucun but mais a un potentiel d'utilisation illimité. Ainsi sa valeur est maximale. Les marchandises ne sont toutes converties qu'en argent, qui est lui convertible dans toutes leur diversités.
PHILOSPHIE DE L'ARGENT – Georg Simmel Page 1 sur 6

© largentPrepas.com

Avec l'argent apparaît un excédentde valeur : la liberté de choix. On peut choisir parmi les marchandises simultanément présentes sur le marché, mais aussi l'instant auquel notre argent peut être utilisé. L'argent est un moyen d'échange. Il ne possède aucune propriété concrète, présageant de son utilisation. Sa liberté d'utilisation donne le pouvoir au donneur d'argent qui peut imposer son avantage. Paradoxalement, le vendeur,qui reçoit l'argent, est davantage intéresse que l'acheteur, qui dépense. L'argent est indépendant de tout contenu spécifique, sans caractère, ce qui convient particulièrement aux transactions financières. Cependant il dévalue la valeur de certains biens. Si un objet indispensable, peu coûteux à fabriquer, se trouve facilement, son prix unitaire sera faible. Alors que s'il devient rare, sa valeuraugmentera. Cela aboutit à la notion de superadditum : Le riche jouit de privilèges qui dépassent le bénéfice de ce qu'il peut se procurer pour son argent : la courtoisie et la disposition du vendeur, des facilités de paiement etc. La notion de respectability stipule que les riches sont vus comme une classe sociale supérieur et respectable. Les gens aisés sont parfois appelés « les honnêtes gens...
tracking img