Stigmate

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2546 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Stigmates, Erving Goffman

Note préliminaire : Goffman, tout au long de l’ouvrage, prend de nombreux exemples tirés de biographies ou d’études sociologiques pour appuyer ses théories. J’ai choisi ici d’exposer prioritairement les théories, le rapport de tous les exemples utilisés aurait été trop conséquent. Je ne pose que les exemples qui, à mon sens, éclairent des théories et permettent de lesrendre plus claires et plus concrètes. Les exemples ayant simple vocation d’illustration sont laissés de côté. Pour information, les exemples majeurs concernent : aveugles, sourds, handicapés, drogués, anciens prisonniers, chômeurs…

1)Stigmate et identité sociale

Grecs : stigmates = marques corporelles exposant caractéristiques inhabituelles et détestables d’un individu => frappé d’infamie,il faut l’éviter. Aujourd’hui, même si le sens est proche, s’applique plus à la disgrâce qu’à sa manifestation corporelle

notions préliminaires :
Il existe de catégories de personnes et d’attributs « normaux » qui forment des attentes normatives. L’individu « inconnu » qui n’y correspond pas est amputé à cause de sa différence => discrédit, handicap, stigmate. Cela résulte donc du désaccordentre les identités sociales virtuelle et réelle dû à un attribut, à la relation entre l’attribut et le stéréotype (relatif à la société).
Ces attributs sont de trois types : monstruosités du corps, tares de caractère, et stigmates tribaux.
Stigmate => discrimination => réduction des chances => rationalisation de l’animosité.
Question de la perception par l’individu stigmatisé : seconsidère-t-il comme « normal » ou étrange ? Dans le cas où il conçoit sa différence, possible honte, possible acceptation. Alors, correction de sa différence (ou, du moins, tentative) comme la chirurgie, la formation pour compenser sa déficience, quelle qu’elle soit. Ou bien interprétation du personnage attaché à son identité sociale, ce qui justifie les insuccès remportés pour d’autres raisons, ou signifieune bénédiction (souffrance => enseignement), ou redéfinit les normaux.
Le problème est celui des contacts mixtes (entre normaux et stigmatisés) : souvent évités (certains individus vivent reclus), ils se trouvent parfois inévitables. Dans ce cas, méfiance, sentiment d’ignorance => l’individu est en « représentation », il manifeste de la retenue, un certain contrôle, parfois une sorte de malaiseou à l’opposé, une forme de bravade.
Mais la situation est difficile également pour le normal : il sait que si il oublie la différence, la déficience, il risque d’exiger l’impossible. Il doit donc se rappeler constamment à l’esprit le stigmate de l’individu qui est en face de lui.

appartenance & initiation :
Quand il existe un écart entre l’identité réelle et l’identité virtuelle d’unindividu, cela entraîne son exclusion. La plupart du temps, il existe des compatissants : d’abord ceux qui partagent le même stigmate, au système de valeurs particulier. Leur soutien moral est important. Il est même possible qu’un comité ou un groupe de pression défende leur cause dans la conquête de la normalité, leur tâche principale étant souvent de faire en sorte que les normaux emploient uneétiquette moins offensante à leurs égards (ex : sourds => personnes malentendantes, nains => personnes de petite taille). Ce combat aboutit parfois à une sorte de professionnalisation.
Mais dans ces compatissants se trouvent aussi des normaux qui comprennent la vie secrète de stigmatisés (pour les homosexuels, ils sont appelés les « initiés »). Cela se produit souvent après une expérience bouleversante.Le lien est la plupart du temps professionnel (relation qu’entretiennent les infirmiers ou les policiers avec les stigmatisés) ou personnel, et dans ce cas il est possible de recevoir une partie du stigmate (ex : fille de prisonnier, qui elle aussi, est stigmatisée).
C’est cette tendance du stigmate à facilement se répandre qui explique pourquoi l’on préfère éviter d’entretenir des relations...
tracking img