Sujet es

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1403 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Session remplacement Septembre 2004
L’usage de la calculatrice est strictement interdit.

Dissertation appuyée sur un dossier documentaire

SUJET
Dans quelle mesure la flexibilité du travail favorise-t-elle l'emploi ?

DOCUMENT 1
[pic]

DOCUMENT 2
Si la croissance est une condition nécessaire aux créations d'emplois, elle ne suffit pas à expliquer le rythme de croissance del'emploi. En effet, à la fin des années 1980, la croissance avait été plus forte en moyenne qu'à la fin de années 1990, et l'emploi s'était accru nettement moins vite ! Cet écart renvoie à ce que l'on appelle couramment l'enrichissement du contenu en emplois de la croissance. L'idée est simple : il existe (en France, et plus généralement pour chaque pays) un seuil de croissance à partir duquel lescréations d'emplois sont supérieures aux destructions d'emplois. «Enrichir le contenu en emplois de la croissance» signifie abaisser ce seuil en favorisant un rééquilibrage dans le recours aux facteurs de production. Les modalités d'un tel rééquilibrage sont multiples (baisse du coût du travail, réduction individuelle ou collective de la durée du travail, flexibilisation ...).
De ce point de vue,la situation française a évolué, puisque le seuil de croissance à partir duquel l'économie crée des emplois se situe, depuis la fin des années 1990, aux alentours de 2%, contre 4,5% entre 1960 et 1973. Ce résultat est imputable au développement du temps partiel et des contrats temporaires (intérim, contrats à durée déterminée -- CDD), à l'abaissement du coût du travail.
Source : LaDocumentation Française, "L'emploi et le chômage en France, au début des années 2000",
Regards sur l'actualité, n° 290, avril 2003.
DOCUMENT 3
La diffusion du travail à temps partiel s'inscrit dans une logique de réduction des coûts de production qui améliore les conditions de l'offre et produit par ce relais des effets bénéfiques sur les effectifs occupés, tant au niveau microéconomique quemacroéconomique. Elle répond à l'objectif d'une plus grande flexibilité de l'emploi poursuivie par les entreprises, particulièrement dans les années quatre-vingt-dix. (...)
Le travail à temps partiel est en effet presque toujours associé à un réaménagement du temps de travail permettant à l'employeur de mieux satisfaire les conditions de la demande. Il est également associé en France, depuis1992, à l'octroi d'allègements de charges qui réduisent le coût du travail, ce qui produit des effets propres sur l'emploi. Réduction de la durée, aménagement du temps et réduction du coût du travail constituent les trois relais par lesquels la diffusion du temps partiel exerce ses effets sur l'emploi. (...)
La diffusion du travail à temps partiel améliore l'efficacité du travail, la rentabilitédes entreprises et leur compétitivité.
Source, : CSERC, "Les effets microéconomiques et macroéconomiques du temps partiel",
in : Problèmes Economiques, n° 2579, 26 août 1998.

DOCUMENT 4
. Degré de flexibilité et taux de chômage à la fin de la décennie quatre-vingt-dix

[pic]
TI 1999 : taux de chômage au premier trimestre 1999.
Flexibilité conventionnelle : indicateur comprenantl'ajustement quantitatif de l'emploi, la durée du travail et la formation des salaires.
Source : J.-P, Fitoussi, O. Passet, J. Freyssinet, Réduction du chômage : les réussites en Europe, CAE. La Documentation Française, 2000.
DOCUMENT 5
Bien que l'OCDE1 elle-même ait relevé « l'absence d'une relation univoque entre la rigidité de la régulation en vigueur dans les différents pays et leursniveaux d'emploi ». on continue de comparer les performances européennes et américaines dans le domaine de l'emploi en les rapportant de façon plutôt simplificatrice aux deux modèles de marché du travail. (...).
Ce que montrent clairement les derniers chiffres du marché du travail italien. En seulement trois ans (entre 1997 et 2000), on a enregistré une hausse de l'emploi de 873 000 unités....
tracking img