Tocqueville

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (319 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En conclusion, cet extrait de Tocqueville montre en quoi les conséquences de la démocratie ne sont pas que bénéfiques et profitables pour tous. Il commence par établir les principes de lasouveraineté du peuple , des principes fondateurs de la démocratie mais conduisant a un réel paradoxe :l’égalité des conditions arrivant à son apogée conduit à la tyrannie de la majorité. Un problème majeurpour ca système politique puisque en légitiment l’égalité elle réduit la liberté second principe de la démocratie auquel Tocqueville est particulièrement attaché. En attribuant une voix à chaqueindividu, la démocratie permet l’établissement d’un pouvoir sociale c'est-à-dire un pouvoir que la majorité se donne sur elle-même. Ce pouvoir contraint l’individu à penser comme le groupe en mettant decoté ses particularités, la liberté de penser s’en trouve par conséquent réduite.
Raymond Aron par sa rupture avec son milieu d’origine, sa distance face au conformisme et au pouvoir, peut êtreconsidéré comme un héritier de Tocqueville, nous pouvons établir quelques parallèles entre les réflexions des deux hommes. Le premier rapprochement est la similitude de la réflexion sur la démocratie,Tocqueville identifie la France comme instable et incapable de maintenir garantis la liberté et Aron qui montre l’incapacité de la France dans la gestion de ses problèmes et à encrer profondément laliberté dans ses mœurs.
Mais les deux hommes s’interrogent également sur les dangers internes à la démocratie : le conflit entre liberté et égalité. Tocqueville est Aron sont unis par le partagecommun de la doctrine politique du libéralisme politique, la même croyance en l’homme transcendé par un esprit de liberté et d’indépendance.
BIBLIOGRAPHIE
Pierre Manent Tocqueville et la nature dela démocratie, Paris, Julliard, 1993, 181 pages
André Jardin _Alexis de _Tocqueville , Paris , Hachette, 1984, 519 pages
Le figaro Littéraire n° 19 775 du jeudi 28 février 2008 cahier n°...
tracking img