Justice Chez Platon dissertations et fiches de lecture

  • Le droit naturel chez Platon et Aristote

    Le droit naturel chez Platon et Aristote « La justice politique elle-même est de deux espèces, l'une naturelle, l'autre légale. Est naturelle celle qui a partout la même force et ne dépend pas de telle ou telle opinion » (Aristote, Éthique à Nicomaque, V, 10, 1134b). Comment négliger quand, comme ici, nous essayons de cerner le droit naturel, la place centrale qu’avait la nature dans la Grèce antique ? En effet la cité grecque se conçoit comme image du cosmos, l’homme...

    994  Mots | 2  Pages

  • Platon Exposé

    Exposé Analyse des Idées Politique: Platon, La République ‹‹Je ne cessai d’examiner comment les lois et les conduites, ainsi que naturellement l’ensemble du régime politique, pourraient bien être améliorés, ni par ailleurs de guetter les diverses occasions d’agir›› PLATON Platon serait né en 423 avant J.-C. donc dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, à Athènes, à moins que ce ne soit à Égine, et serait mort en 348-347, à plus de 80 ans, alors que la guerre entreprise par Philippe...

    1969  Mots | 3  Pages

  • Republique de platon

    e Platon Principes Généraux * Elle représente un état, une structure indépendante. Les habitants peuvent y adhérer par réflexion pas par position. Elle repose sur 2 principes : La justice et l’Education. (L’équité et la justice ainsi que l’éducation sont des éléments fondamentaux que demandent les citoyens peu importe le siècle ou la décennie) * C’est une cité parfaite où s’exprime l’idée du bien. (En système d’évaluation, Platon a évalué cette cité sur lui-même… La cité parfaite doit être...

    852  Mots | 4  Pages

  • La justice et le droit

    La Justice et le Droit On retrouve ici l'opposition légal/légitime. Légal : ce qui est autorisé par la loi, ou plutôt tout ce qui n'est pas interdit. Légitime : ce qu'il est juste de faire, de vouloir. Parmi les finalités que l'on peut donner aux lois, il y en a une qui est celle de la justice. Les lois distinguent aussi ce qui est bien ou mal, intéressant ou pénalisant pour la société et visent au maintien de l'ordre (Non pas motivées par lui-même, mais dans le but d'éviter les conflits et donc...

    3837  Mots | 16  Pages

  • Platon

    Séance 3 – Platon Platon (427 – 346 av JC), c'est le disciple de Socrate. Il précède Aristote. Disciple d'une famille aristocratique, hostilité à l'égard du régime démocratique. Il sera pour cette raison isolé, on ne lui confiera pas de pouvoir politique ni de responsabilité dans la cité. C'est cet éloignement dans les affaires publiques qui l'ont incité à faire le choix ??? Constitue un tournant majeur dans la pensée antique → première tentative de réflexion sysmatique sur le pouvoir politique...

    637  Mots | 3  Pages

  • Criton (platon)

    Criton est un dialogue de Platon, à la tonalité éthique. Criton est un personnage de la Grèce antique dialoguant avec Socrate (dans l'œuvre portant son nom). Il essaie de le convaincre de se sauver pour éviter la mort. Cette œuvre est la transcription par Platon d'un dialogue entre Socrate et Criton ayant pour sujet le devoir. Criton essaie de convaincre Socrate de s'échapper de la prison où il attend la mort suite à sa condamnation, rapportée dans l’Apologie de Socrate. Socrate refuse, imaginant...

    2318  Mots | 10  Pages

  • Justice et ethique

    Octobre 2011 Platon, une manière de vivre Devoir Professeur : Frère Emmanuel BIOSSIEU op. |Sujet 3 : | |Justice et Ethique | Note: 15,00 / 20,00 Bon travail, un exposé clair, une bonne problématique. Bonnes définitions de l'éthique, de la justice, de bonnes distinctions. Bonne saisie du contexte de la philosophie de Platon. Bonne saisie du...

    5390  Mots | 22  Pages

  • Le rôle du politique est-il de faire régner la justice ?

    Le rôle du politique est-il de faire régner la justice ? Le but de la dissertation c'est de comprendre les concepts. Les mots doivent être toujours redéfinis ! C'est toujours le verbe ou la formulation qui va montrer l'enjeu ! Ici très important faire & régner à séparer. Il faut se forcer à se demander pourquoi on a besoin de ce philosophe. Il faut se référer aux textes précis. Il faut veiller à ce qu'on veut dire à la fin de la copie. Cercle où l'on se rend compte qu'on peut revenir au début...

    6986  Mots | 28  Pages

  • Platon histoire antique

    VERDEZ Licence Pluri Marina HISTOIRE GRECQUE PLATON Année scolaire 2010-2011 MR CORVISIER 1/14 SOMMAIRE I° UNE VIE PHILOSOPHIQUE 1) Sa naissance 2) Sa rencontre avec Socrate 3) Ses voyages II° LES DIALOGUE PLATONICIEN 1) Période de jeunesse 2) Période de transition 3) Période de maturité III° LES APPORTS CONCEPTUELS 1) La théorie des idées 2) Le bien 3) L'opinion 4) La justice et politique 5) La vertu 6) REMINICENCE ET CONNAISSANCE 7) La dialectique 8) L'éducation IV° L'ACADEMIE ...

    3862  Mots | 16  Pages

  • Théorie des idées de platon

    LA PHILOSOPHIE DE PLATON (théorie des Idées) Cependant, quand on observe ces êtres changeants, on s’aperçoit qu’ils reproduisent dans la même espèce des caractères constants. Ces caractères se transmettent d’individu à individu, de génération à génération. Ils sont des copies de modèles universels, immuables, éternels que Platon appelle les Formes ou les Idées. Dans le langage courant, on entend par idée une modification, un acte de l’esprit. Dans le langage de Platon, l’Idée exprime, non pas...

    2876  Mots | 12  Pages

  • Les sciences polotiques à travers les apports de platon et aristote

    CHAPITRE 1 : LES APPORTS DE PLATON ET ARISTOTE L'école d'Athènes, Raphaël. Platon cherche le modèle idéal dans le monde des idées, accéder à ce monde pour s'en inspirer et agir ici bas. alors que Aristote nous indique qu'il faut observer la réalité et à partir de là dégager un idéal. I. Platon (-428 -347) Platon écrit dans une période troublée, la crise d'Athènes. Très forte instabilité politique au moment où il vit. Peut servir à un engagement politique. La mort de Socrate va le dissuader...

    3042  Mots | 13  Pages

  • Platon

    L’état idéal de Platon est-il juste? D’après Platon, l’individu serait comme un petit état et donc l’état comme un individu agrandi. De cette manière, il croit qu’il y aurait une allégorie entre la justice de l’âme et celle de l’état, que les principes de la justice seraient les mêmes pour l’individu et pour l’état. C’est ce qu’il appelle la psychopolitique. C’est pourquoi il diviserait les individus en trois classes ; les dirigeants, les gardiens puis les artisans. Chacun devrait s’assurer de...

    1694  Mots | 7  Pages

  • Platon

    République de Platon est une œuvre qui porte principalement sur la justice dans l’individu et dans la Cité. Elle est composée de dix livres. On peut dire que l’auteur nous propose une lecture essentiellement holiste de l’œuvre. Car dans un premier temps, dans le livre 1, le problème de la justice est posé sous un angle individuel. Les dialogues respectifs entre Céphale, Polimarque et Thrasymaque en témoignent. En effet, Socrate entreprend une première tentative de définition de la justice avec Céphale...

    1190  Mots | 5  Pages

  • La république de platon

    la cité-homme ? 1) La justice dans la cité. Le référent auquel il s'agit de comparer l'homme : la cité. Sur quoi fonder cette comparaison ? « La justice existe aussi d'une certaine manière pour la cité entière ». Les mêmes lettres se trouvent aussi écrites ailleurs. Quelle est cette justice dont il est question dans la cité ? Platon ne le précise pas dans ce texte. Mais il est permis de le supposer. Être juste : rendre à chacun ce qui lui appartient (Cf livre 1). La justice est une vertu certes,...

    1037  Mots | 5  Pages

  • Platon-la république

    Redou Claire 7096983 Redou Claire 7096983 PLATON- La République Traduction de Georges Leroux - Paris, Flammarion, 2002 « La dialectique de la justice » L’objet du texte : Dans l’extrait étudié, Platon cherche à définir la place que doit occuper la justice dans la construction de sa cité idéale. Il s’interroge ainsi sur la définition de la justice dans la cité mais aussi chez l’homme. La thèse : Selon l’auteur, la cité idéale est basée sur plusieurs vertus, nécessaires au bon fonctionnement...

    656  Mots | 3  Pages

  • La republique de platon livre iv

    "La République" de Platon - livre IV Commentaire de Texte № 5537 Philosophie Commentaire de texte philosophique visant à mettre en évidence à la fois la singularité et l'importance de la vertu de tempérance dans "La République" de Platon. 2470 mots (approximativement 6.2 pages) | 0 sources | 2007 Résumé: Le passage étudié est extrait du livre IV de "La République" de Platon (430e-431b). Il traite de la tempérance, qui est la vertu propre de l'âme désirante, partie la plus basse de l'homme...

    731  Mots | 3  Pages

  • Vocabulaire de la justice

    de la justice, et les distinctions conceptuelles nécessaires pour la construction de vos arguments. Certains points seront rappelés ou développés dans les divers chapitres du cours. Etymologiquement, le mot « justice » vient du latin jus, qui signifie le droit ; la justice est donc le respect, l’observance du droit. La notion de justice a un sens moral, à l’échelle de l’individu dans son rapport aux autres, et un sens juridique, à l’échelle supérieure de la société politique. La justice est le...

    4308  Mots | 18  Pages

  • Platon

    à d'autres auteurs passionnés d'idées, d'histoire des idées, de relever le défi de décrypter une question d'actualité à partir des thèses d'un penseur marquant. Aujourd'hui, voici une réflexion sur ce terme si prisé de la «gouvernance» à partir de Platon, dont les métaphores navales semblent à l'origine de bien des images qui font florès dans le discours public à la faveur de la crise: «On ne peut pas avoir trois paires de mains sur le gouvernail alors qu'il y a une tempête qui s'annonce», avait par...

    1812  Mots | 8  Pages

  • Platon

    Platon est un philosophe grec connu et reconnu pour avoir notamment laissé une œuvre philosophique considérable, sous formes de dialogues.  Le monde sensible est, aux yeux de Platon, subordonné aux Essences ou Idées, formes intelligibles, modèles de toutes choses, qui sauvent les phénomènes et leur donnent sens. Au sommet des Essences se trouve l’idée du Bien, qui les dépasse en dignité et en puissance : ce principe suprême se confond avec le divin. Le dialogue au coeur de sa conception de la philosophie...

    1546  Mots | 4  Pages

  • Platon republique i, ii, iii résumé

    qu'il n'a pas satisfait Platon, le décidant à approfondir sa réflexion sur la justice, donnant ainsi le jour aux autres livres de La République. Socrate évoque une discussion qui eut lieu la veille chez Polémarque, fils de Céphale, entre lui, Glaucon, Thrasymaque, Adimante et leurs deux hôtes. Le vieux Céphale est interrogé par Socrate sur la manière dont il supporte la vieillesse. Céphale répond que la vieillesse est supportable et douce si l'on a vécu suivant la justice, en étant loyal et sincère...

    1303  Mots | 6  Pages

  • Le droit et platon

    LE DROIT ET PLATON Introduction La pensée de Platon est centrée sur l'homme, notamment sur les problèmes éthiques auxquels celui-ci doit faire face. Les questions du Juste, de la Justice et de la place de l'individu dans la société font partie de cette problématique éthique qui le préoccupe. Comme plus tard pour son élève Aristote, l'homme est pour Platon un « animal politique ». Il a consacré deux de ses œuvres les plus importantes - « La République » et « Les Lois » - à la politique dont...

    1257  Mots | 6  Pages

  • Quel rôle platon attribue-t-il à la classe des gardiens dans la cité parfaite ?

    L’œuvre de Platon aborde et traite de manière cohérente et unifiée de nombreux problèmes relevant de domaines aussi variés que les mathématiques, l’astronomie, la métaphysique, la théorie de la connaissance, la psychologie, la philosophie politique et l’éthique. La philosophie politique de Platon est notamment exposée dans La République, où il détaille le plan d’une cité idéale qui incarnerait l’idée même de justice. Le grand problème de Platon est de savoir comment organiser l’Etat et comment éduquer...

    999  Mots | 4  Pages

  • La république de Platon

    La République de Platon La République (en grec : Περὶ πολιτείας / Perì politeías, « de la constitution » ou simplement Πολιτεία politeía, « la constitution »), aussi nommée La Politie dans les milieux philosophiques, est un dialogue de Platon portant principalement sur la justice dans l'individu et dans la Cité. Il s'agit de l'ouvrage le plus connu et le plus célèbre de Platon en raison, entre autres, du modèle de vie communautaire exposé et de la théorie des Idées que Platon y défend. Histoire...

    7214  Mots | 29  Pages

  • Texte platon

    Explication du texte de Platon, extrait de La république, livre VI Le texte qui nous est ici proposé est issu du livre VI de La république, ou de la justice, composé par Platon (athénien né en 427 et mort en 347 avant J.C.). Ce livre traite de la forme qu'il faudrait donner à la cité (polis), c'est-à-dire quel gouvernement et quelles institutions lui conférer, afin qu'elle fût juste. L'on sait que chez les Grecs il était courant que les sages donnent des constitutions aux cités...

    3488  Mots | 14  Pages

  • Dissertation justice et injustice

    Nous en doutons signe que le rapport entre la justice et la convention ne va pas toujours de soi. La justice et l’injustice sont-elles l’effet de la convention, c'est-à-dire d’un simple accord entre les hommes, à un moment donné. Où, la justice est-elle une vertu naturelle de notre âme ? Qui fonderait après seulement les lois justes. Mais si l’idée de justice déborde largement la loi pourquoi avoir besoin de cette facette conventionnelle ? La justice ne peut-elle pas se suffire à elle-même ? Pourquoi...

    1991  Mots | 4  Pages

  • Platon/Démocratie

    La démocratie représente pour Platon, l’un des plus mauvais des régimes. Elle est incapable de faire régner la justice dans la cité. La démocratie mène à la Tyrannie. Le peuple est par définition indigne de la politique. Le peuple est aveugle et irresponsable. « Le pouvoir du peuple ou le pouvoir des aveugles. » La démocratie est une liberté du peuple de choisir et toute forme de liberté en excès mènent à la tyrannie (loi du plus fort). C’est le début de la tyrannie lorsque « Lorsque les pères...

    648  Mots | 3  Pages

  • Platon

    Platon (427-347) Platon était le disciple de Socrate. Il fut très marqué par la condamnation à mort de son maître par la démocratie athénienne (on verra qu’il n’est pas démocrate). Pour Platon, l’essentiel est la réalisation du Bien : il veut faire advenir la cité idéale, où règnerait la Justice. On peut dire que son ontologie (théorie de l’être, de ce qui est) découle de son éthique (conception de ce qui doit être, du Bien). Commençons par expliquer cette ontologie. L’idéalisme platonicien ...

    2274  Mots | 10  Pages

  • Socrate et la Justice dans Apologie de Socrate

    Philosophie 2. La Justice II. LA CONCEPTION DE LA JUSTICE CHEZ LES ATHÉNIENS III. LA CONCEPTION DE LA JUSTICE OU DE L'INJUSTICE SELON SOCRATE IV. EVALUATION ET INTERET V. Evaluation VI. Intérêt CONCLUSION Lexique Sources Observations INTRODUCTION De toutes les figures si éminentes qui ont su marquer allègrement l’Histoire de la philosophie de la Grèce Antique, s’inscrit en droite ligne Socrate. Ce dernier à sans doute influencé ses successeurs immédiats : Platon et Aristote...

    3099  Mots | 13  Pages

  • La justice

    La justice I - Comment déterminer ce qui est juste ? La justice fait référence à un partage, à un équilibre. Être juste, c'est donner à chacun ce qui lui ai du. Comment déterminer ce qui est juste ? Peut-on se fier à son jugement ? Nous avons tous un sentiment de la justice quinauds permet de savoir ce qui est juste. On peut se fier difficilement à son sentiment car il est relatif. Aussi, on se sent souvent concerné par la justice lorsqu'on est directement concerné. Lors d'un conflit...

    1364  Mots | 6  Pages

  • La république platon

    PLATON LA RÉPUBLIQUE Introduction et présentation par Olivier BATTISTINI PLATON La RÉPUBLIQUE (traduction Émile Chambry) Introduction et présentation par Olivier BATTISTINI docteur 3ème cycle en histoire grecque ATER à l'Université de Corse __ Participation aux notes marginales pour le texte de Platon, de Josette CASANOVA docteur 3ème cycle en philosophie professeur au Lycée de Corte Pour Claire « Claire, laisse-moi à présent te conduire. Mêle ton corps au mien, fraîche, aime et endors-toi...

    23990  Mots | 96  Pages

  • Le dialogue chez platon

    Platon est l'un des rares philosophes grecs, avec Epictète et Plotin, dont l'oeuvre nous soit parvenue presque entièrement, soit un ensemble de plus de trente dialogues et d'une dizaine de lettres. Une telle entreprise philosophique serait due en grande partie à l'influence décisive que Socrate, devenu son maître dès 407, a pu avoir sur ce jeune aristocrate, aussi bien en ce qui concerne son goût de l'indépendance et son souci de la vérité que son refus de la politique de son temps et son désir...

    1691  Mots | 7  Pages

  • Analyse de Platon

    Résumé de la République de Platon : La République est le livre le plus célèbre et le plus influent de la philosophie de Platon. Mais en soi, la République n’existe pas, ni en théorie ni en pratique à son époque. Elle est donc inventée, construite par l’architecte Socrate. Mais le thème majeur de ce dialogue est celui de la justice ou : comment organiser la cité ? Le livre est organisé en 10 livres distincts, durant lesquels Platon présente les différents aspects de sa cité idéale, de la place...

    1268  Mots | 6  Pages

  • Gorgias - platon

    théâtre, en trois actes le tout couronné par un monologue qui étend au-delà de la vie l'intérêt que la justice a pour nous. La date de sa composition correspond au moment où Platon renonce définitivement à la politique active à laquelle sa naissance l'appelait; il tient à justifier sa résolution, et c'est à ce dessein que répond le Gorgias . Situation: Socrate et Khairéphon se rendent chez Calliclés pour y entendre Gorgias. Ils arrivent après la séance (leçon de Gorgias). Néanmoins Calliclés...

    2356  Mots | 10  Pages

  • La théorie de la justice sociale dans la république de platon. un commentaire de la controverse heinaman - vlastos

    de la théorie de la justice sociale dans La République . Gregory Vlastos, dans deux articles qui font désormais référence , a défendu l’idée que, pour Platon dans La République, la justice sociale était régie par un principe de réciprocité fonctionnelle : « All members of the polis have equal right to those and only those benefits which are required for the optimal performance of their function of the polis. » . Cette réciprocité fonctionnelle trancherait alors avec la justice distributive chère à...

    2948  Mots | 12  Pages

  • Enseignements de platon sur l'éducation

    LES ENSEIGNEMENTS DE PLATON SUR L’EDUCATION [pic] Préparé par George Bebedelis Athènes, Grèce Avril 2000 SOMMAIRE Introduction…………………………………………………………………………………….. 1. Le système éducatif………………………………………………………………………….. 2. Rectitude intérieure et extérieure…………………………………………………………….. 3. Le vrai philosophe, un amoureux de la Bonté……………………………………………….. 4. La Bonté……………………………………………………………………………………… 5. L’éducation consiste à tourner l’âme vers la lumière de la Bonté……………………………...

    5653  Mots | 23  Pages

  • Le monde grec: platon

    Le monde grec : Platon 1. Son œuvre 2. Son importance 3. L’époque de Platon 4. La raison 5. Le dialogue démocratique 6. La méthode socratique 7. Le dialogue platonicien 8. La citée platonicienne 9. le philosophe roi 10. La place de la philosophie 11. quelque remarque sur la philosophie de Platon. 1. Son œuvre ( 35 dialogues, 13 lettres. On doute de l’authenticité de toutes les lettres. Dans son œuvre, jamais Platon parle en son nom. Il y a toujours...

    6064  Mots | 25  Pages

  • platon

    Contenu I) La vie de Platon 3 1) Naissance 3 2) Formation 3 3) Création de « l’Académie » 3 II) La pensée de Platon 3 1) L’héritage de Socrate : la maïeutique 3 2) Le dialogue et la dialectique 4 III) Bibliographie et référence 4 Platon Platon est un des principaux philosophes de l’Antiquité grecque, en particulier, et de la pensée occidentale...

    592  Mots | 3  Pages

  • "La notion de constitution chez aristote", j-c jobart, rfdc 2006, n°65 p 97

    LA NOTION DE CONSTITUTION CHEZ ARISTOTE Jean-Charles Jobart P.U.F. | Revue française de droit constitutionnel 2006/1 - n° 65 pages 97 à 143 ISSN 1151-2385 Article disponible en ligne à l'adresse: -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-francaise-de-droit-constitutionnel-2006-1-page-97.htm -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ...

    25367  Mots | 102  Pages

  • bonheur platon

    Fiche 8 Le Bonheur, les Idées et l'Amour selon Platon p.1 Copyright P. van den Bosch : La Philosophie et le Bonheur – Flammarion 1997 Le Bonheur, les Idées et l'Amour selon Platon L'amour de la beauté. La philosophie de Platon peut s’aborder à partir d’une réflexion sur le prodige et le mystère de l’amour, une des expériences les plus communes mais aussi les plus puissantes que l’être humain puisse connaître. Il peut m'arriver d'aimer éperdument une chose ou un être, qui me ravit, dont...

    7795  Mots | 32  Pages

  • Le mythe de Prométhée, comparatif des textes de Platon et d'Hésiode

    Le mythe de Prométhée (Platon 427-347 av. J.-C.) Les textes d’Hésiode et de Platon traitent tout deux du mythe de Prométhée, mais le mettent en scène de façons différentes. La première différence significative se remarque suite à la lecture des premières lignes ; Dans le texte d’Hésiode, le récit commence alors qu’il y règne une querelle entre les hommes et les dieux. Dans celui de Platon, il commence au temps où les dieux existaient, mais pas les races mortelles. On assistera donc à travers...

    768  Mots | 4  Pages

  • Platon

    Platon (427-347) Principio del formulario Apologie et Phédon, en lien avec le procès et la mort de Socrate [pic] Biographie Socrate (v. 469-399 av. J.-C haute aristocratie d'Athènes origines de son père remontent à Codrus, dernier roi d'Athènes ancêtre de sa mère était un frère de Solon, le grand homme d'État et le législateur d'Athènes oncle, Critias, membre du Conseil des Trente =Platon aurait donc été prédestiné à jouer un rôle actif dans la politique d'Athènes ...

    1643  Mots | 7  Pages

  • La justice

    La justice Qui vient de jus, juris : droit en matière de permission dans le cadre de la religion. Dictionnaire trésor de la langue française. Au terme justice, nous avons principe moral (vertu) impliquant la conformité de la rétribution avec le mérite, le respect de ce qui est conforme au droit. La justice peut être prise en trois sens, le premier étant la justice en tant que vertu. Cette vertu de justice implique dans un premier temps qu’on rende à chacun son du, ce qu’on lui doit. Dans l’Illiade...

    3677  Mots | 15  Pages

  • Platon

    Platon 1. La théorie platonicienne des Idées 1.1. Le dualisme platonicien 1.1.1. Héraclite et Socrate Platon a tenté de concilier deux enseignements : celui d'Héraclite et celui de Socrate 1.1.1.1. Héraclite : Le principe d'Héraclite est le suivant : "Tout change, rien de reste". Héraclite veut dire que rien ne peut subsister définitivement, que rien dans le monde n'échappe à la ruine, que ciel et terre disparaîtront , l'activité de la nature est comparable à un potier qui forme...

    4263  Mots | 18  Pages

  • Platon et les sophistes

    selon Platon [modifier] Les reproches de Socrate (dans la bouche de Platon) ont attaqués les "sophistes" qui comme avec les idées de relativisme et de nominalisme étaient les "ennemis" de l'idéalisme Platonicien qui les déconsidère et les ridiculise [2] : • les sophistes font payer leurs leçons comme d'autres maîtres de technaï (sculpteurs, potiers, etc.), alors que la sagesse (sophia, voir plus haut) ne peut être ravalée au rang de technè et que la faire payer, c'est la corrompre. Platon était...

    519  Mots | 3  Pages

  • Etude de texte, georgias, platon

    autorités différentes selon chaque pays. Mais existe-t-il une justice universelle pour tout le monde ? Ce texte, écrit par Platon (427-347 avant J.-C.), est un dialogue entre Calliclès et Socrate qui a pour thème la justice en soi selon la pensée de Calliclès. Il pose la question suivante : la justice en soi doit-elle être liée aux lois de la nature ? A cette question le protagoniste, Calliclès, répond que la justice en soi ne peut pas être liée aux lois de la nature car les hommes...

    2796  Mots | 12  Pages

  • Platon

    avoir en soi le sens de la vérité que je cherche. Nous sommes affectés par la vérité qui nous constitue. Philosopher c’est être habité par une passion, la passion d’un connaitre pratique et vivant, qui comporte en lui même un excès de sens. Selon Platon « La philosophie émerge constamment de l’émerveillement devant le monde ». La vérité est excessive et il y a certain cheminement qui est habité par une expérience singulière propre à chaque philosophe. L’expérience n’est pas seulement conceptuelle...

    5596  Mots | 23  Pages

  • Platon

    PLATON, Protagoras, 320c-323d (trad. L. Robin),. LE MYTHE DE PROTAGORAS. 1 « C’était au temps où les dieux existaient, mais où n’existaient pas les races mortelles. Or, quand est arrivé pour celles-ci le temps où la destinée les appelait aussi à l’existence, à ce moment les dieux les modèlent en dedans de la terre, en faisant un mélange de terre, de feu et de tout ce qui encore peut se combiner avec le feu et la terre. 5 Puis, quand ils voulurent les produire à la lumière, ils prescrivirent...

    4119  Mots | 17  Pages

  • Platon

    Philosophie 1) Dans ce texte de Platon, l’idée principale est que « les hommes doivent nécessairement établir des lois et vivre selon des lois » car celles-ci visent au bien commun, donc à l’avantage de tous. Platon veut démontrer que  l'homme a la capacité de créer des lois et doit donc vivre en les respectant sous peine de se rabaisser au stade d'animal sauvage. On retrouve aussi une autre idée, les hommes ne peuvent pas « toujours et vouloir toujours faire ce qui est le meilleur »...

    720  Mots | 3  Pages

  • Platon la R publique livre VIII 544d 550c

    Présentation de l'oeuvre de Platon : « La République, Livre VIII, 544d-550c » : Remarque : Pour mener à bien ma présentation, j'ai relu entièrement le livre VIII de La République, et je me suis inspiré de la thèse de Patrick Juignet, docteur en philosophie. Spécialiste de la pensée Platonicienne, et directeur de programme au collège international de philosophie. Par ailleurs, j'ai également puisé dans mes cours d'Histoire ancienne de l'année dernière à la faculté d'Histoire de Rennes. Le maître...

    2926  Mots | 6  Pages

  • La justice

    La justice est un principe philosophique, juridique et moral fondamental en vertu duquel les actions humaines doivent être sanctionnées ou récompensées en fonction de leur mérite au regard du droit, de la morale, de la vertu ou autres sources prescriptives de comportements. Quoique la justice soit un principe à portée universelle, le juste apparaît pouvoir varier en fonction de facteurs culturels. La justice est un idéal souvent jugé fondamentalement pour la vie sociale et la civilisation. En tant...

    9138  Mots | 37  Pages

  • Platon

    Le philosophe grec Platon (cinquième siècle avant l'ère chrétienne) a tracé dans deux de ses ouvrages, les Lois et la République, un plan complet d'éducation. Sa doctrine sur l'education est dérivée de ses théories sur la nature humaine, sur l'Etat et sur la vertu ; celles-ci à leur tour dérivent de sa doctrine générale sur la nature des choses. Pour comprendre l'idée directrice de son système d'éducation, il faut, au préalable, en connaître les sources. Pour Platon, les choses sensibles, c'est-à-dire...

    3892  Mots | 16  Pages

  • Platon

    PLATON, Gorgias I. A) Dégagez le thème et la thèse du texte. L’auteur utilise dans son texte le thème de l’échange afin de former un dialogue et de s’être instruit à la fin de celui-ci. Ici, la thèse qu’utilise PLATON est celle du dialogue qui s’oppose à la polémique, il met l’accent sur les conflits créés au cours des échanges, il applique son texte sur la domination d’un dialogue de sourd. B) A quelle attitude sa thèse l’oppose-t-elle ? Sa thèse s’oppose au fait de créer un dialogue...

    1187  Mots | 5  Pages

  • Platon apologie

    Platon Apologie de Socrate BeQ Platon Apologie de Socrate Traduction, notices et notes par Émile Chambry La Bibliothèque électronique du Québec Collection Philosophie Volume 3 : version 1.01 2 Aussi, à la Bibliothèque : Criton Phédon Le Sophiste Le Politique Philèbe Timée Critias Théétète Protagoras 3 Apologie de Socrate Édition de référence : Garnier-Flammarion, no 75. 4 Notice sur la vie de Platon Platon naquit à Athènes en l’an 428-427 av. J.-C. dans le dème de Collytos. D’après...

    18961  Mots | 87  Pages

  • Platon " lorsque l'on vise de grandes choses, le détour est nécessaire, contrairement à ce que tu crois"

    grandes choses, le détour est nécessaire, contrairement à ce que tu crois » Platon, Phèdre, 274a Platon, célèbre philosophe athénien du IIIème siècle avant Jésus-Christ, illustra les théories de Socrate, son maître. Socrate n’ayant écrit aucun ouvrage, son disciple se chargea de retranscrire la pensée de ce grand philosophe, afin qu’elle traverse les époques, et ne finisse pas aux oubliettes. Dans son livre, Platon met fortement en avant le thème de la parole, moyen indispensable dans la philosophie...

    1914  Mots | 8  Pages

  • Platon

    Platon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : Navigation, rechercher Pour les articles homonymes, voir Platon (homonymie) et Plato. Platon ( Πλάτων ) | Philosophe occidental | Antiquité | | détail de L'École d'Athènes, par Raphaël | | Naissance | vers 427 av. J.-C. (Athènes) | Décès | vers 346 av. J.-C. (Athènes) | École/tradition | Fondateur de l'Académie | Principaux intérêts | Métaphysique, cosmologie, éthique, politique, esthétique, rhétorique, sophistique...

    13834  Mots | 56  Pages

  • allégorie de la caverne de platon

     Allégorie de la caverne L'allégorie de la caverne est une allégorie exposée par Platon dans le Livre VII de La République. Elle met en scène des hommes enchaînés et immobilisés dans une demeure souterraine qui tournent le dos à l'entrée et ne voient que leurs ombres et celles projetées d'objets au loin derrière eux. Elle expose en termes imagés les conditions d'accession de l'homme à la connaissance de la réalité, ainsi que la non moins difficile transmission de cette connaissance. Sommaire ...

    2797  Mots | 12  Pages

  • Menon de platon

    Ménon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : Navigation, rechercher Le Ménon est un dialogue de Platon, dans lequel Ménon et Socrate essaient de trouver la définition de la vertu, sa nature, afin de savoir si la vertu s'enseigne ou, sinon, de quelle façon elle est obtenue. Dans un premier temps, la question examinée est donc celle de l'essence de la vertu. Néanmoins, après plusieurs vaines tentatives de réponse, Socrate et Ménon examinent la question plus générale encore : la...

    3498  Mots | 14  Pages

  • La prudence chez Aristote

    La prudence chez Aristote Première partie : Le problème Aristote utilise le mot phronésis pour évoquer le savoir immuable de l'être immuable en opposition avec l'opinion ou la sensation (choses en perpétuel mouvement) => Pour Platon cette idée est importante, c'est la raison pour laquelle la science existe. Dans De Coelo, il fait l'éloge des Eleates → Sans l'existence de nature mobiles, il ne peut y avoir connaissance ou savoir. La science du savoir immuable est le plus important des savoirs...

    1042  Mots | 5  Pages

  • platon

    COURS N° 14 DUEL AU SOMMET : PLATON/ARISTOTE samedi 16 octobre 2004, par Gaëlle Sartre-Doublet Au risque de faire hurler une partie de vos professeurs (ce cours est donc à prendre avec des pincettes), nous allons étudier ce que peut représenter un "système" de pensée, avec tout ce qu’il peut avoir de pertinent et de... totalitaire. Certes, Platon fut loin d’être le seul, mais il fut sans doute le premier : au nom d’un idéal, il collabora à deux dictatures, prôna la mise en commun des...

    4555  Mots | 19  Pages

  • Explication platon gorgias

    Explication de texte - Platon, Gorgias, 483b-484 1° Le texte : « La loi est faite par les faibles et par le plus grand nombre. C'est donc par rapport à eux-mêmes et en vue de leur intérêt personnel qu'ils font la loi et qu'ils décident de l'éloge et du blâme. Pour effrayer les plus forts, les plus capables de l'emporter sur eux, et pour les empêcher de l'emporter en effet, ils racontent que toute supériorité est laide et injuste, et que l'injustice consiste essentiellement à vouloir s'élever...

    1429  Mots | 6  Pages

tracking img