Bellour

Pages: 28 (6802 mots) Publié le: 28 avril 2012
> Appareil » Articles

Articles

« Raymond Bellour, la chambre et l'art de "l'entre-images" »
Martine Bubb

J'ai souhaité "mettre à l'épreuve" les notions que Raymond Bellour développe dans son ouvrage sur le cinéma et la vidéo : L'Entre-Images (1) tomes 1 et 2, et montrer en quoi elles sont pertinentes pour comprendre certains enjeux non seulement de l'art contemporain mais aussi de laphilosophie quand elle se propose de réfléchir sur le médium ou le "milieu du monde" (2). Saisir cet entre de l'art et de la philosophie, observer les croisements et les empiètements qui peuvent s'opérer, c'est penser l'indétermination toujours plus grande des frontières non seulement entre les images elles-mêmes mais aussi entre les mots et les images, l'art et le langage... Cette perspective n'estpas médiologique, c'est-à-dire qu'elle n'est axée ni sur les dispositifs de communication ni sur l'intermédialité que le terme d'entre-images semble appeler mais elle se construit sur des appareils et à partir des oeuvres, en dehors de toute sémiotique. Certes Raymond Bellour, dans un de ses essais (3), se penche longuement sur le travail de Christian Metz et sur la distinction que celui-ci opèreentre le « perçu et le nommé » qui forme un parallèle évident avec le sous-titre de L'entre-images : "Mots, images", mais il est tout à fait conscient de l'écart qui le sépare de Ch. Metz tenté, lui, d'oublier la différence propre à tout support, alors que les images ne sont pas réductibles aux mots. Il nous rappelle qu'autrefois, il y avait la peinture, la photo, le cinéma. Cette définitiondérive de l'âge classique qui établissait une hiérarchie rigoureuse entre les arts : arts majeurs / arts mineurs. Lessing, dans son souci de libérer la peinture encore soumise au langage littéraire, avait franchi une étape décisive dans son Laocoon (4), en tentant de dégager la spécificité de chaque art, mais il a fallu attendre l'époque moderne pour voir peu à peu disparaître les frontières. Désormaisil y a des images et non plus des arts rigoureusement séparés, définis par leur fonction représentative ou leur destination cultuelle. Le contexte d'aujourd'hui n'est pas non plus celui de l'idéal romantique considérant que l'art devrait être un art total, débarrassé des cloisonnements et visant à la fameuse synthèse ou à la recherche de correspondances entre les arts. L'art contemporain proposeune pure diversité qui se déploie. Nulle utopie n'apparaît dans les oeuvres ou les discours des artistes, dont les pratiques se caractériseraient plutôt par l'émiettement, la déliaison et la mise en oeuvre d'expériences singulières... en aucun cas par la prétention à faire monde. La questionpolitique se pose alors de façon critique. Ces champs hétérogènes : art et politique appellent un troisièmeterme, celui de la culture comme "entre", comme puissance d'articulation. La culture, loin de se caractériser par l'irruption du "figural" pour reprendre le terme de J.F. Lyotard (5), joue le rôle d'un milieu parce qu'elle absorbe et diffuse l'événement (qui se situe du côté de l'art). C'est ainsi que Raymond Bellour aborde, au détour d'autres sujets, la question de l'interactivité, si souventmiseen avant par les artistes qui expérimentent les nouvelles technologies, mais qui ne peut se penser comme relevant du champ unique de l'art puisqu'elle propose une certaine vision de la communauté, en instaurant une relation entre sujets participants, sujet/objet, spectateur/machine... Au-delà, c'est bien le problème des rapports entre culture et technique qui se pose : comment les conditionstechniques reconfigurent-elles la sensibilité commune ? Comment un appareilpeut-il faire monde ? De quelle façon une oeuvre d'art ouvre-t-elle sur un univers qui lui est propre? Il n'y a plus la peinture, la photo... pour générer ce monde commun, mais avant tout des images ou plutôt des « passages entre les images ». Ce qui est frappant, bien qu'en apparence anecdotique, quand

> Appareil »...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !