Chupas chuos

Pages: 6 (1348 mots) Publié le: 25 février 2011
Diagnostic externe

Analyse du macro-environnement

La sphère économique
Le marché de la confiserie représente en 2005 un poids total en valeur de 1 007 millions d’€, soit 39,4% des ventes (en hyper et supermarchés). Ce résultat est néanmoins terni par un ralentissement généralisé des ventes en valeur : le marché de la confiserie enregistre en effet une baisse de -3,9%, celui de laconfiserie du sucre, une baisse de -3,5%. Le tableau suivant présente l’évolution de chaque segment de la confiserie :

|Evolution des segments de la confiserie (année 2005, en % |
|des ventes) |
|Bonbons en sachets |-2,5% |
|Chewing-gums |+1,5% |
|Confiserie de poche|-1,6% |
|Sucettes |-14,1% |
|Bonbons gélifiés |+11,5% |

Cette évolution globale peut être imputée au faible dynamisme caractérisant les tendances de consommation.

La sphère socioculturelle
Les consommateurs de confiserie sont de plus en plus préoccupés par leur bien-être quotidien. Aussicherchent-t-ils à préserver au mieux leur équilibre alimentaire dans leurs habitudes de consommation. Ce qui peut s’avérer inquiétant pour les industries de la confiserie.
Par ailleurs, l’environnement de travail des jeunes adultes est de plus en plus stressant, ce qui tend à les propulser dans un mécanisme de régression infantile. Consommer des bonbons à priori destinés aux enfants constitue unacte de rébellion contre l’ordre social établi.
La sphère de la légalité
L’émergence des discours anti-obésité tenus par les nutritionnistes et par les associations de consommateurs constituent un frein pour les produits de confiserie. Ces entités remettent en cause les teneurs en matières grasses beaucoup trop concentrées. Ils dénoncent également les mensonges par omission des industriels, quine valorisent que « les qualités de produits qui les arrangent ».

La sphère technologique
On peut noter la faiblesse des innovations de rupture. En effet, il apparaît difficile pour les entreprise de confiserie d’introduire des nouveautés totalement inédites sur le marché. Elles tentent de se réapproprier les produits via des modèles de packaging ou des recettes de fabrication plus en phaseavec les exigences sociétales.

L’environnement concurrentiel

[pic]

La pression concurrentielle
Le secteur de la confiserie est en proie à une importante concurrence.
Le marché de la confiserie de sucre est en effet un marché atomisé : animé par une multitude d’acteurs, il reste néanmoins dominé par deux groupes industriels à forte renommée : Cadbury Schweppes, N°1 en France avec 26,2% departs de marché en 2005, et le groupe allemand Haribo, N°2 avec 2 1,8% de parts de marché en 2005.
Avec 15,7% de parts de marché en 2005, les chaînes de grande distribution s’avèrent également de redoutables concurrentes. Leurs politiques agressives de promotions conduisent en effet à une chute drastique de leurs prix de vente. Une distorsion de prix s’instaure dès lors, décrédibilisant lesmarques nationales au profit des marques discounts. Les grandes enseignes gagnent ainsi d’intéressantes parts de marché, allant jusqu’à 20% pour certains segments.

Les fournisseurs
Le pouvoir de négociation des fournisseurs repose principalement sur les prix des matières premières (gélifiants, éducolorants, sucres et matières grasses) qu’ils pratiquent à l’encontre des industries de confiserie. Orces produits de base nécessaires à la fabrication des confiseries, sont facilement approvisionnables. Les fournisseurs ne peuvent donc pas bénéficier du critère de rareté. Leur pouvoir de négociation est par conséquent faible.

Les consommateurs
Il s’agit de distinguer deux types de clients : les clients finaux, les consommateurs, et les clients intermédiaires, les distributeurs.
S’agissant...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Chupa
  • Chupa cups
  • Chupa chups
  • Chupa chups
  • Chupa chups
  • Chupa chups
  • Chupa chups
  • Chupa chups

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !