Droit des obligations

2554 mots 11 pages
Selon MM. Dabin et Lagasse, « est constitutif de faute tout manquement, si minime soit-il, volontaire ou involontaire, par acte ou omission, à une norme de conduite préexistante. Cette norme de conduite a sa source soit dans la loi ou les règlements, soit dans une série de règles de vie sociale, de morale, de convenances ou de technique, non formulées en textes législatifs, le tout selon le critère de l’homme normal de l’époque, du milieu, de la région ».
À travers cette formulation, MM. Dabin et Lagasse ont voulu nous faire comprendre que la responsabilité civile délictuelle disposait d’un domaine tellement large qu’elle pourrait s’appliquer pour des fautes dont on n’est pas l’auteur (dans le cas d’une responsabilité du fait d’autrui par exemple). Mais la plupart du temps, l’auteur principal de la faute sera le responsable et donc devra en assumer les conséquences.
La faute est l’attitude d’une personne qui par négligence, imprudence ou malveillance ne respecte pas ses engagements contractuels (lorsqu’il s’agit d’un contrat) ou son devoir de ne causer aucun dommage à autrui (lorsqu’il s’agit d’un fait) d’après le lexique des termes juridiques Dalloz.
La faute peut donc soit émaner d’un contrat, il s’agira d’une faute concernant un acte juridique engageant une responsabilité dite contractuelle, ou d’un fait juridique qui engagera la responsabilité délictuelle de l’auteur de la faute.
En 1804, cette responsabilité visait à rendre responsable tout auteur d’une faute qui pouvait provoquer un dommage à autrui ; l’article 1382 du Code civil dispose « tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer ». Les rédacteurs du Code de 1804 entendaient donc obliger l’auteur « qui cause à autrui un dommage » « à le réparer » ; à travers cet article, on peut en déduire également les conditions pour engager la responsabilité d’une personne : il faut une faute, un dommage, et un lien de causalité entre

en relation

  • Droit des obligations
    1321 mots | 6 pages
  • Droit des obligations
    11839 mots | 48 pages
  • Droit des obligations
    3045 mots | 13 pages
  • Droit des obligations
    5683 mots | 23 pages
  • droit obligation
    20943 mots | 84 pages
  • Droit des obligations
    10763 mots | 44 pages
  • Droit des obligations
    8035 mots | 33 pages
  • Droit des obligations
    10249 mots | 41 pages
  • Droit des obligations
    12599 mots | 51 pages
  • Droit des obligations
    2564 mots | 11 pages