En quel sens peut on dire que nos paroles nous trahissent

Pages: 17 (4037 mots) Publié le: 2 janvier 2012
Le langage humain abonde de mots qui nous permettent de communiquer avec nos semblables, mais aussi d’exprimer nos sentiments et nos passions, sans omettre une fonction très importante, qu’est l’expression de la pensée. Tout cela se traduit par des paroles, par des mots, chaque élément possède un ou plusieurs mots pour le nommer. Nous semblons donc dans la capacité certaine d’user de cettefaculté qu’est le langage de façon à toujours nous faire comprendre des autres. Lorsque nous parlons, nous aspirons à une compréhension parfaite de notre pensée en essayant de revêtir celle-ci des mots les mieux adaptés. Cependant, nous entendons souvent dire que nos paroles nous ont trahit. Les mots qui ont été prononcés ou écrits ne sont pas ceux qui reflètent avec exactitude ce que nous voulions etdevions réellement dire ; ce sont d’autres mots qui ont été formulés, ils ne sont donc pas l’essence même de ce que nous avions à dire. L’Homme est alors trompé par ses propres paroles, il est trahit par ce qui fait de lui un Homme, par une ses caractéristiques premières. Nous sommes ainsi en droit de nous demander en quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent. Est-ce que le langage neserait-il donc pas un outil inadéquat, ne serait-il pas défaillant ? Cependant, si l’on aborde le problème sous un autre angle, ne serais-ce pas un mauvais usage du langage qui fait que nos paroles nous trahissent ? Mais finalement, une extériorité supposée entre nos paroles et nous, est ce que cela a réellement du sens ?

Est-ce que le langage ne serait-il pas un outil inadéquat, neserait-il pas en quelques sortes défaillant ? Nous serions donc dans l’incapacité de nous faire comprendre par autrui à cause du langage en tant que tel. Car c’est celui-ci qui nous induirais systématiquement en erreur et qui nous trahirait chaque fois que nous l’utilisons. Alors, chacune de nos paroles nous trahiraient, sans même que nous poussions faire quoique ce soit pour y remédier.
Si nousabordons le sujet sous cet angle-ci, le fait que nos paroles nous trahissent parce qu’elles ne sont pas adéquat à l’expression de notre pensée, de nos sentiment, ou même lorsque nous communiquons, cela sera alors un fait que nous ne maîtrisons pas. C'est-à-dire que cette incapacité à mettre en mots fait, ici, parti de notre inconscient. Nous ne parvenons pas toujours à mettre les bons mots, ceuxqui permettraient d’expliciter ce que l’on a à dire, sur ce que nous avions en tête qui, pourtant, nous paraissait clair. Nous sommes alors amenés à penser que le langage est faillible puisque nos paroles ne reflètent pas avec exactitude notre pensée. Il semblerait donc que ce soit un fait qui ne soit pas maîtrisé, auquel nous ne pouvons rien ajouter, et rien faire afin que nos paroles nous soientfidèles. Johann Wolfgang von Goethe a dit : « Le meilleur de nos convictions ne peut se traduire par des paroles. Le langage n'est pas apte à tout. ». Par exemple, lorsque nous voulons revendiquer quelque chose ou encore, partager une idée, un concept philosophique et de ce fait mettre des mots dessus, et bien il nous est presque impossible de traduire ce que nous avions en tête par les parolesexactes, nous avons une difficulté certaine à mettre en mot cela, parce que notre pensée semble trop complexe à mettre en mot. Nous avons ainsi l’impression, que notre pensée était limpide, néanmoins lorsque nous formulons cette pensée, nous semblons nous faire trahir par nos paroles qui ne veulent pas absolument dire la même chose. Ces dernières paraissent, en conséquence, nous « tromper », sansque nous poussions changer quelque chose. D’ailleurs, lorsque l’on tente de mettre en mot un concept philosophique, c’est encore plus difficile de mettre les mots justes dessus. Ludwig Wittgenstein a dit : «  La langage des philosophes est langage déjà déformé comme des chaussure trop étroites. ». Cette citation montre que le langage, entres-autres pour la philosophie est particulièrement mal...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • En quel sens peut on dire que nos paroles nous trahissent
  • Dans quel sens peut on dire que l'homme n'est pas un être naturel
  • Dans quels sens peut-on dire que l’homme est un animal politique ?
  • En quel sens peut-on dire que l'historien fait l'histoire
  • En quel sens peut-on dire que l'historien "fait" l'histoire?
  • n quel sens peut-on dire de l’homme qu’il est un animal perfectible ?
  • En quel sens peut-on dire que l'homme n'est pas un être naturel ?
  • En quel sens peut-on dire que les mots dépassent la pensée ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !