La Soci T Spartiate

1693 mots 7 pages
La société spartiate

Ce qui caractérise Sparte c’est son expansion militaire qui est le principal moteur de l’évolution politique. Sparte a connu une évolution hoplitique qui s’est opérée lors des conflits de frontières avec sa principale rivale qui est Argos. A l’époque archaïque Sparte était engagée dans les guerres de Messénie. Il y a entre la deuxième moitié du 8e siècle et la deuxième moitié du 7e siècle il y a eu trois guerres de Messénie, c’est une guerre d’expansion entreprise par Sparte qui se traduit par la conquête de la Messénie. Sparte apparaît comme une cité dont le territoire est gigantesque (8000 km carré). A partir de ce moment, Sparte devient la cité une des deux principale cité du Péloponnèse. Elle va soumettre les autres cités du Péloponnèse : les cités arcadiennes et Argos. C’est à la fin du 6e siècle que Sparte prend la tête de la ligue de Péloponnèse.
La ligue de Péloponnèse veut isoler Argos et c’est aussi une ligue destinée à prévenir les rébellions des populations mycéniennes promises. Sparte qui prenait la tête des opérations dans la ligue de Péloponnèse.

Les institutions spartiates

L’organisation auraient été données à Sparte par Lycurgue (législateur). Au 7e siècle il cherche à dénouer les conflits sociaux entre aristocrates et le reste du peuple notamment à la suite de la révolution hoplitique. Ce Lycurgue n’a pas d’existence historique. Il y a deux idées qui s’imposent, la première : Lycurgue aurait transporté la constitution de Sparte depuis la Crète. La deuxième version c’est celle de la consultation d’un oracle il aurait été chargé par l’oracle du soin de donner à Sparte sa constitution. On la connait par la paraphrase qu’en donne Tyrtée, poète contemporain de la deuxième guerre de Messénie et Plutarque. Cette constitution en lignes versifiées et rythmées rend la mémorisation facile. Plutarque ne s’autorise pas à donner un avis distancier, il rapporte ce que les différents auteurs rapportaient depuis les origines de la

en relation

  • Bouvard et pécuchet
    97222 mots | 389 pages
  • Tehorie des codes
    98533 mots | 395 pages