Pourquoi une justice administrative ?

750 mots 3 pages
La Justice est tout d’abord un principe moral, une valeur : être juste, c’est traiter tout le monde de la même manière et lutter contre tout ce qui est contraire à l’équité. Le but de la Justice, en tant qu'institution, c’est de permettre à tout le monde de continuer à vivre ensemble, dans le respect de chacun, et en paix.
Le mot administration peut revêtir deux sens différents. Si on s’attache à la fonction de l’administration (définition fonctionnelle), le mot désigne l’ensemble des activités dont le but est de répondre aux besoins d’intérêt général de la population (ordre public, marche des services publics…), tels qu’ils sont définis à un moment donné par l’opinion publique et le pouvoir politique

La justice administrative est donc un jugement des affaires opposant des personnes privées aux personnes publiques, ou des personnes morales de droit public entre elles et qui mettent en cause une décision de l’Etat ou des collectivités territoriales.
Avec la civilisation est apparu le besoin de Justice.

Dans l'Antiquité, c’est le roi qui énonçait les règles, et les tribuns qui avaient le pouvoir de juger. Vers la fin de l’empire romain, l’empereur réunit les pouvoirs législatifs et judiciaires (il est le juge suprême).

A partir du XVème siècle, la Justice est rendue en France par le Roi ou ses représentants qui peuvent prendre des décisions arbitraires, le plus souvent au nom de Dieu.

La Justice d’aujourd’hui vient du 1er Empire. Napoléon 1er est à l’origine d’importantes et de nombreuses créations sur le plan des institutions. En effet, après la période révolutionnaire, il rétablit les corps centralisés de la Monarchie, enregistrements, domaines, impôts directs, ainsi que six classes de charges vénales, notaires, avoués, greffiers, huissiers, courtiers, agents de change et commissaires-priseurs. Par ailleurs, il créé d’autres organismes nécessaires à un État centralisé : préfectures, municipalités ,

en relation

  • Pourquoi la justice administrative
    4867 mots | 20 pages
  • La justice administrative
    1768 mots | 8 pages
  • rapporteur public
    479 mots | 2 pages
  • Sujet : avons-nous les moyens de forcer l’administration à exécuter les décisions de justices rendues contre elle ?
    2756 mots | 12 pages
  • Principe fond
    5092 mots | 21 pages
  • Cour de droit
    17220 mots | 69 pages
  • Décision 23 janvier 1987
    1702 mots | 7 pages
  • Droit des femmes
    1750 mots | 7 pages
  • Contentieux administratif
    2816 mots | 12 pages
  • droit administratif
    2527 mots | 11 pages