Sociologie des organistions

985 mots 4 pages
Les travailleurs sociaux confrontés aux différences culturelles

À l’heure de la mondialisation, la rencontre interculturelle devient courante. Aussi enrichissante soit-elle, elle provoque néanmoins des difficultés dans le cadre de l’intervention sociale et soulève un certain nombre de questions. Le travailleur social doit-il et jusqu’à quel point respecter la culture du public suivi ? Doit-il remettre en questions ses propres valeurs, sa culture et comment ? Le reportage et les personnes rencontrées nous confortent dans la certitude qu’ici comme ailleurs, l’important est de resituer la personne dans son contexte et de vérifier si les principes choisis vont l’aider à devenir autonome ou pas.

Comprendre les attentes de son public pour mieux l’accompagner. Si l’écoute revêt une importance capitale dans le travail social, elle peut parfois souffrir d’interférences, d’autant plus lorsque l’émetteur et le récepteur ne disposent pas du même langage, voire des mêmes codes sociaux. Comment, en effet, nouer une relation de confiance et le dialogue avec une personne qui ne parle pas toujours le français ou dont les traditions divergent avec les méthodes pratiquées en France ? Comment franchir les barrières linguistiques ? Dans quelle mesure le recours à un interprète est-il possible ou nécessaire ? À quel point l’intervention du travailleur social doit-elle - voire peut-elle - respecter la culture du public qu’il accompagne ? Loin de se borner à de la métaphysique, ce questionnement s’avère déterminant dans certains cas. L’étude publiée le 3 mars par l’Institut national de veille sanitaire (InVs) en fournit une illustration : elle constate la « surmortalité maternelle des femmes de nationalité étrangère en France », en particulier chez les patientes issues d’Afrique subsaharienne. D’après l’enquête, « des difficultés de communication entre les femmes et les soignants peuvent contribuer à des soins inadéquats du fait de symptômes non diagnostiqués ou de mauvaise

en relation

  • Lolo
    4195 mots | 17 pages
  • bureauctratie
    4268 mots | 18 pages
  • Psychologie développementale
    32953 mots | 132 pages
  • Droit constitutionel l1 s1
    22465 mots | 90 pages
  • Hassan farhy
    104480 mots | 418 pages
  • Organes restreints des organisations internationales
    121358 mots | 486 pages