Sqkjg

8136 mots 33 pages
1 ̶ 2 un admirateur de la beauté antique
Les héros mythiques font des actions qui s’enchaînent nécessairement jus qu’à la fin pour fermer un mutuos, une histoire cohérente dont la signification renvoie à celle du mutuos primil idéal : l’histoire sacrée. Cet enchaînement d’actions qui obéit une autre logique que la logique rqtionelle, entraîne les personnages malgré eux, dominés par le destin, la force supérieure qui les dépasse et dont ils ne peuvent s’affranchir, pour constituer "une trame qui servira de matrice narrative au récits." Alors, ce qui caractérise le mythe, c’est cette structure permanente qui a pour but de faire passer dans une forme aussi traditionnelle une matière qui n’a pas aucune de ces qualités.
Les mythes mettent en œuvre des situations universelles. C’est pourquoi ils apparaissent "comme de vastes compositions de types théologique, cosmogonique ou généalogique."
On trouve alors dans le mythe des grands événements, des événements fondamentaux: * des situations violentes: des meurtres, des suicides. * des catastrophes: des guerres, des crises politiques. * des événements marquants : des unions sexuelles.
Le mythe recherche exemplarité, il affirme l’existence d’exemplaire de toutes les réalités humaines. On peut donc y trouver des concepts archétypiques, non déterminés, non limités, concrets et universels tels le départ, le retour, des épreuves physiques et morales qui vont s' organiser en shémas simples, concrets et universels comme la rencontre la rupture , le combat.
Le mythe cherche à retrouver, à travers les archétypes, "l’unité du monde plutôt que sa diversité, les substances plutôt que les phénomènes, les essences plutôt que les existences." Il ne rompt pas ses liens avec l’homme, mais rend l’humain permanent et indépendant du flux des événements. C’est pourquoi le mythe n’est pas seulement universel, mais il est intemporel aussi. Le mythe se présent comme témoin de l’égarement, de l’errance, du tragique de l’homme

en relation