Accident Nocturne

par

Patrick Modiano

Patrick Modiano est un écrivain français prolifique né en 1945 à Boulogne-Billancourt ; il dispose d’un lectorat nombreux et fidèle.

Il est le fils de Luisa Colpeyn, actrice d’origine flamande, et d’Albert Modiano, Juif d’Alexandrie qui vécut de multiples activités dont certaines troubles. Ses deux parents – et surtout son père – réapparaissent sous la forme de plusieurs personnages à travers son œuvre, ce qui donne à nombre de ses ouvrages un aspect autobiographique.

De par ses origines, son année de naissance, et la mort d’un frère, Rudy, atteint de leucémie – dont il était proche du fait de l’absence de son père et des tournées de sa mère –, l’auteur se dit pétri de culpabilités. La mort de ce frère alors que Patrick a onze ans semble mettre un terme à son enfance.

Son adolescence est faite de fugues entre sa mise en pensionnat à Jouy-en-Josas ou une hypokhâgne où on l’inscrit de force à Bordeaux. À dix-sept ans, il se brouille définitivement avec son père ; ses œuvres fonctionneront comme une quête d’identité, la sienne et celle de ses proches.

Bien qu’inscrit en faculté de Lettres à la Sorbonne, il ne va pas en cours. C'est Raymond Queneau, ami de sa mère, qui l’introduit dans le monde littéraire. Celui-ci relit d’ailleurs le manuscrit de La Place de l’Étoile que les éditions Gallimard publient en 1967 alors que l’auteur n’a que vingt-deux ans. Il s’agit d’un récit autobiographique mettant en scène Raphaël Schlemilovitch, un Français juif à l’existence hallucinée : il se dit antisémite et membre de la Gestapo française ; il pense un moment être le proxénète officiel des SS et se retrouve dans un territoire israélien fantasmé où l’armée organise la réhabilitation de Juifs européens qu’il faut délivrer de leur pensée juive faite d’obsessions et de pensées déprimantes. Queneau lui-même juge le livre, qui va à l’encontre d’une histoire officielle avec ses juifs collaborateurs, scandaleux – de même dans le scénario de Lacombe Lucien en 1973 Modiano met en scène un jeune homme qui durant l’Occupation souhaite rejoindre le maquis mais opte soudain pour le camp de la Milice. L’année suivant sa première publication, l’écrivain se fait journaliste, en mai 1968, sur les barricades, pour le magazine Vogue.

En 1972 Les Boulevards de ceinture est couronné du Grand prix de l'Académie française. Serge Alexandre, qui se dit écrivain, s’affilie à un groupe d’hommes dont les activités troubles rappellent celle du père de l’écrivain ; le narrateur y découvre justement son père sous le nom du baron Charlva Deyckecaire, ainsi que la nature de ses activités autour d’un journal de dénonciation exerçant divers chantages. Le fils aura pour ambition d’accorder le pardon à ce père qu’il n’avait pas vu depuis dix ans et de l’éloigner de ces mauvaises influences. Il tentera de le faire fuir vers la Belgique sous une nouvelle identité.

L’écrivain s’est dit être convaincu très jeune d’avoir vécu sous le Paris de l’Occupation. Il est hanté par les personnes disparues, leur survie dans la mémoire, mais aussi dans de petits détails physiques, qui s’opposent à...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de Accident Nocturne