Accident Nocturne

par

Une vision onirique de la vie

Le narrateur vit la nuit la plupart du temps. Une grande partie des événements qui surviennent lorsqu’il a vingt ans se déroulent la nuit, il dit d’ailleurs : « La nuit, dans les rues, j'avais l'impression de vivre une seconde vie plus captivante que l'autre, ou tout simplement, de la rêver. » L’une des grandes questions du roman est justement celle-ci : où se trouve la frontière entre le rêve et la réalité ? Le narrateur mène ici une enquête policière d'une grande précision, le souvenir des événements est toujours parfaitement situé géographiquement et dans des lieux que Patrick Modiano décrit de façon méticuleuse. Cependant, de l'aveu du narrateur lui-même, il ne différencie pas ce qu'il rêve de ce qu'il vit. Ainsi, l'accident place des Pyramides – que l'on croit purement fortuit – est en réalité la conséquence d'un enchaînement de faits mal définis que le narrateur semble vivre dans un demi-sommeil. Tout d'abord, bouleversé par le départ d'une amie, il erre dans les rues de Paris jusqu'à un restaurant, Les Calanques. Il finit par quitter ce lieu et réalise, lors d’un instant de lucidité, qu'il avance comme dans un rêve, mais il replonge aussitôt dans un autre rêve, rue de Rivoli, et traverse alors la place des Pyramides comme si c'était une prairie. C'est à ce moment que la Fiat couleur vert d'eau de Jacqueline Beausergent le heurte. Son attitude, ses réactions sont telles que, Jacqueline Beausergent le lui dira plus tard, les témoins et les médecins pensent qu'il a pris « des substances toxiques ». Il semble être dans un état second.

Un autre rêve commence ensuite mais il ressemble plutôt à un cauchemar bien réel : il s’agit du jour où...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une vision onirique de la vie >

Dissertation à propos de Accident Nocturne