Alcools

par

Les poèmes élégiaques

On appelle poèmes élégiaques des poèmes tristes, tendres, courts le plussouvent. On peut rattacher à ce groupe, dans Alcools, certains poèmesdes cycles d’Annie et de Marie. Ce sont, dans le recueil, les plus connus, ceuxqui attirent l’œil et qui hantent la mémoire de par leur fluidité, leurmusicalité et la richesse de leurs images.

 

Le cycle rhénan

 

D’août 1901 à août 1902, Apollinaire se trouve en Allemagne. C’est uneépoque où sa sensibilité s’avive et où se crée une manière poétique nouvelle etdéfinitive. Au cycle rhénan – aussi nommé pour les nombreuses allusions au Rhindans ces poèmes – appartiennent « La Maison des morts », la suite des« Rhénanes », « Automne malade », ainsi que « LesColchiques », « Crépuscule », « Marizibill », « Saltimbanques »,« Le Vent nocturne », « La Tzigane » et« Automne ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les poèmes élégiaques >