Alcools

par

Résumé

Le recueil Alcools, paru auMercure de France en 1913, manifeste un esprit nouveau. Apollinaire mit quinzeans à le préparer. Dès 1904, il pense à réunir les poèmes qu’il a rapportésd’Allemagne en une plaquette, Le Vent du Rhin, mais le projet n’aboutitpas. Le recueil prend enfin forme en 1912 sous le titre Eau de vie.Pourtant, sur le texte déjà imprimé, Apollinaire supprime touteponctuation, rajoute « Zone »et remplace le titre Eau de vie par Alcools.

Chaque poème, « commémoration d’un événement de ma vie », constitue un alcool ; et le pluriel du titrerenvoie à la multiplicité des points de vue de l’esthétique cubiste sur ledestin d’un homme qui est aussi poète. Alcools est une œuvrerévolutionnaire qui est aussi associée au surréalisme en littérature. Alcools dit une soif, qui est celle de lacuriosité, de l’enthousiasme, le désir de consommer la vie, de se griser de la modernitéà laquelle le poète, figure dionysiaque, aspire.

Alcools a surpris, choqué même. On a reproché au recueil son côté disparate etl’incohérence de ses images. Si le ton élégiaque et l’inspiration rhénane onttrouvé leurs défenseurs, la force originale du poète n’a généralement pas étéreconnue. Apollinaire abandonne la ponctuation, les vers sont inégaux, la rimedisparaît souvent au profit de l’assonance et la typographie de certains poèmes– les calligrammes – exprime une grande liberté d’esprit et une certainefantaisie.

Les poèmes d’Alcools peuventêtre regroupés en trois catégories : poèmes d’amour, poèmesélégiaques, arts poétiques. Certains titres appartiennent à deux catégories,comme « Zone » quiest à la fois un poème d’amour et un art poétique. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >